6

Ce que j’écoute en musique sur Internet…

Un peu de promotion, parce que j’aime vraiment parler et promouvoir des choses qui en valent vraiment la peine.

Depuis un an environ, j’écoute intensivement une émission de radio que j’adore et qui me fait découvrir des nouveaux sons intéressant. Je parle ici de London Café, émission de radio à la radio étudiante de l’Université de Montréal CISM, qui, à chaque mardi soir, nous fait découvrir les groupes de musique de la Grande-Bretagne, ou d’influence britannique. J’adore!

Et depuis que je suis à l’université, je me suis mise à écouter les radios étudiantes. Ça m’a rappellé un petit moment de nostalgie. Quand j’étais au secondaire, j’avais mon émission de radio avec deux autres de mes amies de l’époque (Stéphanie et émilie), et on tentait de présenter les boys band britannique et de nouveaux sons de la Grande-Bretagne et de l’Europe, tant nos radios commerciales de l’époque étaient envahies de merde nord-américaines pop poche (et l’est encore, malheureusement). Bref, écouter London Café me rappelle un peu mon temps au secondaire. Et depuis mon entrée à l’université, j’alterne entre deux postes, CHOQ.fm de l’UQAM et CISM de l’UdM.

Bref, si vous voulez vous ouvrir vos oreilles à de nouveaux sons qui vous plaà®t, allez écouter les radios étudiantes. Il y a bien sà»r CKUT de McGill et CJLO de Concordia, mais je les aime moins. Goà»t personnel, pas de raison autre que c’est moins mes genres de musique. Mais bon, si vous voulez de la musique sans trop de publicités à tous les 30 secondes, et découvrir de nouveaux groupes de musique d’ici et d’ailleurs, c’est les places à aller!

Et pourquoi pas, un peu de pub: pour mes trippeux de goth, métal, industriel et autre alternatif, aller voir Second Shifters. EXCELLENT! Faut encourager nos voisins du sud à s’ouvrir les oreilles à de meilleurs sons que du fucking gangsta rap poche!

*EDIT*

Headphones required, un podcast de Laurent Lasalle (autre bon bloggeur que j’aime bien lire) est excellent. Lui aussi est à promouvoir! Bonnes découvertes musicales, bon choix…ça a l’air professionel en plus!

La BD au Québec

Je suis en train d’écouter la baladodiffusion de l’émission d’aujourd’hui à Bazzo.tv, et il y a une entrevue intéressante avec l’historienne et praticienne Mira Falardeau, qui vient de sortir un livre sur l’histoire de la BD au Québec. Intéressant d’apprendre que, selon ses recherches, le Québec aurait été la première nation francophone à faire de la BD, et non la France ou la Belgique comme on aurait pu le penser. Moi qui veut un jour faire de la BD, je trouve intéressant de voir que nous serions peut-être les fondateurs de ce nouvel art visuel au 20e siècle. Bref, je vous invite à vous télécharger l’émission d’aujourd’hui et à l’écouter. Moi, je vais sà»rement faire un saut à la Grande Bibiothèque pour aller voir l’exposition de Mira Falardeau.

Aussi, l’émission de Bazzo parle beaucoup des élections présidentielles américaines, et du Super Tuesday qui est demain. Encore d’intéressantes analyses de l’image politique, et des prédictions intéressantes en ce qui a trait à Obama (mon favori), Clinton et McCain. Dany Laferrière m’étonne beaucoup de sa verve et son langage, et je suis de plus en plus charmée par cet intellectuel. J’ai bien aimé son analyse comme quoi ce n’est plus un vote anonyme qui se passe dans la démocratie américaine, mais plutà´t un discours à saveur racial ou sexuelle, là  o๠les gens seront catégorisés dans leur vote selon leur ethnie ou leur sexe, et o๠le discours politique disparaà®t peu à peu.

Vraiment, j’adore Bazzo. Mon cerveau est en overdose d’intellectualisme, content de ne pas avoir été abruti par toute ces merdes dans les médias et la société! Je peux aller me coucher en paix…

La lecture et le Web

Je réalise que je lis beaucoup. Bon, certains me diront ‘Mais Debbie, tu étudies en Histoire. Bien sà»r que tu lis beaucoup’, tout confus de ma déclaration. Oui, en effet, mon domaine d’étude requiert la lecture de livres et d’articles – l’équivalent de 500 à 1000 pages par semaine – pour mes cours, mais en m’inscrivant à l’université, je savais dans quoi je m’embarquais.

Non, ce que je n’imaginais pas, c’est la quantité de lecture que je fais aussi sur le Net. C’est effarant la quantité de lecture par jour que je fais. Et pourtant, dans ma tête, c’est comme si j’avais de la misère à considérer cela comme de la lecture. Weird? Oui, je sais.

Pourtant, et mes amis proches vous le confirmeront avec hochement de la tête ultra rapide et évident en appui, j’ai lu énormément de fanfics, de blogs, d’articles multimédia et reliés à mon domaine de webmestre en ligne, de nouvelles, etc. Mais je ne comprend toujours pas pourquoi, dans ma tête, je ne considère pas cela comme de la lecture. Peut-être est-ce parce que je passe trop de temps sur l’Internet? Est-ce que j’ai la vieille notion que lire, c’est à travers un support en version papier, un bon vieux livre? J’en ai aucune idée.

Ce qui m’amène cette réflexion, c’est cet article de Nicolas Dickner. Pour ceux qui ne le savent pas, la dernière récipiendaire du prix Nobel de la Littérature, Doris Lessing, a blâmé l’Internet pour ce qu’elle appelle la ‘culture de la fragmentation’, o๠nous, les surfeurs du Web, délaissont peu à peu la lecture et parcourons plein de ‘niaiseries’ (ça, c’est moi qui interprête) sur divers sites web, ou lisont pleins de sujets qui ne sont pas réellement des lectures. Bref, elle démontre de sa phobie de la technologie Web à travers son article, et il est clair que personne ne lui a montré et expliqué des sites qui, pourtant, amène la lecture sur le Net: Wikipédia, SlashDot, Lire…Dans mon cas, tout plein de sites m’incitent à lire (Thinkgeek, ceux mentionnés juste avant, des recommendations par des bloggeurs, etc…), et je lis autant hors-Internet que sur.

Je trouve juste dommage que l’on est encore cette vieille mentalité face au Net que ce n’est pas un endroit o๠les lecteurs trouveront leur compte. C’est une mentalité que je retrouve parfois dans certains de mes cours. Mes professeurs iront souvent dire que ce que l’on ne peut pas se fier au Web, qu’e ce qu’on y lit n’est pas aussi fiable que dans les livres, etc…Je vois une certaine amélioration chez les plus jeunes, mais je sens une certaine hésitation chez les plus vieux qui ne sont pas aussi “techno” que nous.

Anyway, je pense encore sur le sujet, car je sens que je vais devoir le défendre dans mon cours de méthodolgie et approches historiques dans les prochaines semaines. Je vous tiens au courant de ma réflexion et de mes débats en classe.

élizabeth, Roi d’Angleterre – Critique

J’ai assisté mardi dernier à la première représentation publique de la pièce élizabeth, Roi d’Angleterre au TNM, mise en scène par René Richard Cyr et écrite par Timothy Findley.

C’est l’actrice Marie-Thérèse Fortin qui incarne la reine élisabeth.

L’histoire se déroule dans la nuit du 22 avril 1616, la veille de l’exécution de l’amant d’élisabeth par la reine elle-même.

Cette nuit-là , élisabeth convoque William Shakespeare et sa troupe pour la distraire avant de voir son amant, le comte d’Essex, disparaà®tre de son univers.

“écoutez-moi. Je vous offre un marché. Enseignez-moi à être une femme… et je vous enseignerai à un être un homme, dit la reine élisabeth à l’acteur Ned, abonné aux rà´les de femmes dans les pièces de Sheakspeare.”

C’est autour de ce thème que tourne la pièce. Déchirée entre sa fonction de reine, qui l’oblige à agir comme un homme, et son statut de femme, élisabeth s’adresse ainsi à cet acteur, connaisseur de l’âme féminine, pour qu’elle recouvre sa féminité.

Ce dialogue entre la reine et l’acteur Ned, incarné par René Richard Cyr, les conduira-t-il à se réconcilier avec eux-mêmes?

tiré du site de radio-canada

Bref, c’est l’histoire de la reine qui a su amené l’à‚ge d’Or à l’Angleterre, et a su donner au futur Empire Britannique les bases solides pour son avenir riche et puissant. J’ai aimé l’interprétation que la comédienne Marie-Thérèse Fortin a fait de la Reine Vierge, et la manière dont elle l’interprêta, dure et froide, royale et affligé du poid de son trà´ne et de son royaume. Une reine conscientisée de son rà´le au Parlement, de son impossibilité d’être femme, d’être émotionnelle et de pouvoir libérer le poid de toute sa peine en public. Une femme qui fut obligé de se changer en homme, d’avoir des couilles, tant elle devait affirmer son droit au pouvoir et au trà´ne de son père dans un monde d’hommes mysogynes et paternalistes du 16e et 17e siècles.

En réalité, on a peu parlé de la pièce lors de notre souper au Café du TNM après la pièce, mais j’ai bien aimé défendre l’idée que la Reine était en fait un homme dans un corps de femme, prise à s’oublier dans cette masculinité qu’elle personnifiait tout le long de son règne, bien qu’à  sa mort, elle a su prouvé qu’une femme pouvait amener d’incommensurables richesses à son royaume et être capable de diriger d’une poigne de fer la politique de l’état. J’ai aimé la pièce, malgré le cà´té sombre et triste qui était discuté parfois.

Pour les fans de la Reine Vierge et de William Shakespeare, c’est une pièce à aller voir. Les acteurs sont très bons (René Richard Cyr en Ned, acteur de la troupe de Shakespeare qui joue toujours des femmes et qui veut absolument montrer à élizabeth à être une femme, était tout simplement sublime!). La mise en scène est minimaliste, mais les effets sonores et visuelles viennent parfaire l’histoire et lui donner un ton crédible.

C’est, à date, la meilleure pièce de la saison du TNM! Allez-y si les bonnes pièces de théâtre vous enchantent.

2

O๠je tombe sur des vieux souvenirs…

En placotant avec El Lapino, je lui ai mentionné que je connaissais un vieux band étudiant de l’UQAM, tous d’anciens étudiants en Communication, qui avait composé et chanté une toune sur les filles d’ARC (Animation et recherche culturel), programme auquel le Lapin est étudiant. Les U*Boys, que ça s’appellait. On s’est dit que ce serait amusant de retrouver la chanson pour son initiation ce jeudi. Je me suis donc mise à chercher sur le net.

En regardant sur Google pour trouver n’importe quoi sur ce défunt band de musique, quel ne fut pas ma surprise, en regardant ce site, de voir que l’un des vieux garçons, Je me rappelle des quelques spectacles qu’ils avaient donnés durant leur ‘courte’ carrière musicale en tant que groupe, et c’était bien, mais on s’entend aussi que c’était un groupe qui avait été créé plus pour s’amuser et passer le temps, et non pour le succès commercial (je pense :S ). J’allais à leurs spectacles parce que le meilleur ami de mon ex y jouait parfois de la trompette et de l’harmonica pour eux. C’était de très belles soirées musique, alcool et déconnage entre amis. Des beaux souvenirs du temps de mes années de débauche au cégep.

C’est des soirées comme celle-ci que j’aime m’apercevoir que le monde est petit et que les hasards de la vie sont vraiment intéressant et surprenant!

3

Serj Tankian

Nouvelle découverte musicale – mon coup de coeur en cette fin d’année!

Bon, je le connaissais déjà  parce que j’étais fan de son groupe, System of a Down, mais là , Serj Tankian vient de sortir son premier album solo, et ma foi, c’est génial! Sans compter que je viens d’écouter sa chanson qu’il a fait avec Les Rita Mitsouko, Terminal Beauty, qui est aussi très très explosif et fantastique.

Je vous laisse avec le vidéo Empty walls, qui est très très imagé par une métaphore sur la politique américaine. Il est juste trop génial ce mec! Critique, bien-pensant et génial!

2

Procrastination 101

Au lieu de faire mon dernier travail de la session, je végète sur mon ordi, lis des revues, prend un long bain chaud… tout sauf faire mon travail. Oh, j’ai toutes mes idées pour l’écrire, mais tout est mêlé dans ma tête sur ce que je veux parler. Trop de choses, trop d’éléments visuels sur la célèbre Reine des Reines, l’égyptienne par excellence, la belle Cléopâtre. Mais bon, je devrais m’y remettre bientà´t, je sens comme une certaine pression sur mes épaules (si ce n’était pas que je travaillais demain matin, en plus, je le ferais demain matin mon travail).

Mais bon, j’en ai profité à la place pour surfer sur le site de Think Geek et révasser à mes prochains achats; lire mes revues de mode (merveilleux Harper’s Bazaar britannique, j’adore vraiment la fashion trashy londonienne); et lire le magazine Wired, qui, ma foi, est vraiment excellent!

Mais en feuilletant mes revues de mode, une réflexion s’est suivie au sujet du corps féminin et des standards de beauté comtemporains. J’ai de la misère à comprendre cette folie de la ‘beauté’ et de la jeunesse éternelle, ce syndrà´me dont les femmes semblent s’appliquer sur elles-même, en prétextant que c’est pour que nos hommes nous trouvent belles. Botox, chirurgie esthétique, remodelage de seins, silicone, bronzage, etc…mais sérieux, comment peut-on aimer un corps qui n’a plus d’humain en soi après toutes ses manipulations? Lorsque l’on pousse les modifications de son corps à une certaine limite, on devient comme toutes les autres femmes accro du bistouri, on se donne le même air faussement belle, mais synthétiquement moche. Ce désir de vouloir nous différencier des autres en nous améliorant constamment nous fait justement ressembler à toutes ces autres beauty addicts qui, finalement, deviennent la risée du peuple. J’ai beaucoup de misère avec la torture physique que cause ces opérations. ‘Il faut souffrir pour être belle’: oui, mais vraiment à ce prix-là ?

En réfléchissant encore un peu, j’ai réalisé que je n’ai pas une peur de vieillir comme tous les autres semblent avoir autour de moi. Peut-être est-ce à voir avec mon passé; peut-être est-ce tout simplement ma résilience qui m’a tà´t fait réalisé que même si je ne voulais pas mourir, c’était malheureusement irréversible et impossible à arrêter et qu’il fallait vieillir de toute façon? Et je peux dire aussi que rendu à mes vieux 26 ans, je suis bien contente de mon corps et de moi-même. Je ne me trouve pas grosse comme pleins de filles pensent d’elles-même; je me sens bien dans ma peau et je crois que tout simplement bien m’occuper de moi me permettra de rester en bonne santé et d’avoir un look d’enfer à 30, 40, 50 ans…Mais quand je regarde les femmes dans la rues, celles qui se laissent influencer par leur entourage, leur environnement, la mode, la société en générale…tant de femmes qui se détruisent à petit feu, parce qu’elles n’ont, à proprement parler, personne qui les complimentent juste un petit peu, ou le remontent le moral en leur disant qu’elles semblent radieuses et jolies. Tant de raisons macabres sont données par ces femmes-là  pour motiver leur passage sous le bistouri…ça me donne froid dans le dos.

Par contre, je ne suis pas prête à accuser le monde de la mode de toute cette dévalorisation du corps féminin. Je crois que la société en générale, et la culture nord-américaine en soi, amène les gens à un certain dégoà»t de sa personne, et à croire au rêve américain, ce concept de vie ultra-performant, ultra-superficiel et matériel. La mode peut amener de quoi de beau et d’artistique dans ce qui se fait à cahque saison; j’aime regarder mes revues pour vous des potentiels de look que je pourrais essayer, tester, manipuler, arranger, déguiser à ma guise selon mon humeur. Les textures, les tissus, les couleurs, les motifs, les lignes et courbes des vêtements, accessoires, cheveux et maquillage, tout cela me passionne, car j’aime expérimenter ce qui me va le mieux, ce qui me complimente bien à ma personnalité et ma silhouette. La mode est, pour moi, un simple outil d’expression corporelle de ma personnalité au monde extérieur, aux gens qui m’entourent. Ce n’est pas un code à suivre absolument au doigt et à l’oeil, mais à s’inspirer. Je crois que c’est celà  que les gens ne comprennent pas de ma fascination pour la mode. Ce n’est qu’une expérimentation artistique sur ma personne de ce qui me plaà®t, de ce qui m’attire à l’oeil. Mais bon, d’autres n’y verront qu’une machine capitaliste matérialiste à fond qui n’est que prétexte à superficialité et plasticité.

Je devrais peut-être arrêter de lire mes revues et faire mon travail, moi!

L’Internet et l’enseignement

Je vous invite à visionner ce vidéo que j’ai vu sur le site de ZéroSeconde.

Et le commentaire que j’y ai laissé:

Le dernier vidéo vient me chercher. Il me rejoint, je trouve son message très percutant. Si la même expérience était faite dans une de mes classes à Concordia, je suis sà»re que la majorité des messages écrits par les étudiants seraient les mêmes que sur la vidéo.

Ce qui me rappelle, en début de session, dans mon cours History and the public, on avait eu une discussion sur l’apport de Wikipédia dans nos travaux et dans notre domaine, et j’étais dans les rares à défendre le point qu’il y avait de quoi avancer la connaissance, le partage du savoir historique, si seulement les gens voulaient s’impliquer un peu au lieu de toujours critiquer sur la non-pertinence de l’encyclopédie en ligne. Autant mettre toutes nos heures de ‘chattage’, de ‘surfer’ sur Facebook et d’écrire des courriels, à participer à un projet tel que Wikipédia ou Wikiversity. On ne perd rien d’intégrer Internet dans notre éducation, on y gagne justement beaucoup! Une expérience beaucoup plus interactive, une facilité de partage de connaissance, de discussion…

L’enseignement a beaucoup à gagner à intégrer les nouvelles technologies dans ses classes, et je crois qu’ainsi, plusieurs jeunes seraient beaucoup plus interpellés à vouloir s’éduquer dans des domaines qui les intéressent via l’Internet, que de s’éduquer par la bonne vieille manière ‘traditionnelle’, qui est d’aller en classe et d’écouter un professeur parler pendant des heures en lisant des livres qui sont, somme toute, parfois pas si importants que ça!

Juste mes petites pensées rapides sur le sujet…

Et vous, vous en pensez quoi?

…finalement, un discours bien vide, bien plate, avec beaucoup d’incongruités dans mon oreille. Surtout sur des points d’histoire, mais bon, j’y reviendrai.

Discours du trà´ne – live (mes opinions)

Quelques points me bogguent en ce moment, pendant que je l’écoute.

  • Arctique et le Grand Nord: ahhhh, maintenant que la fonte des glaces dans le nord arrivent, de ‘nouvelles opportunités’ arrivent, et un développement du Grand Nord doit avoir lieux. Bin kin, les Inuits deviennent plus importants maintenant? Maintenant seulement ils ont droit à l’aide du gouvernment fédéral pour leur développement? Merde, de toute leur histoire, ils ont été rabaissés, humiliés, déstabilisés, abandonnés. Ce n’est pas parce que maintenant que des occassions d’affaires énormes sont possibles qu’ont doit se rappeller de leur existence!!! Ça m’écoeure!
  • Afghanistan: putain que je suis ambivalente sur cette question. Je suis contre les guerres, et les armées sont, en mon sens, une inutilité. Mais bon, connaissant l’âme humaine et son incapacité à apprécier la paix et le calme, et son désir insensé d’expansion, de
  • La Fédération: ouh lala, un autre sujet épineux. Je vais vous admettre franchement que, la souveraineté du Québec, eh bien, ce n’est pas pour bientà´t, et je commence à me dire que je ne le verrai pas arriver. Pour moi, le Canada est une confédération, une ‘association’ qui supervise les provinces, et qui les représentent au niveau international, économique et militaire. That’s it. Pour moi, chaque province est en soi en droit d’être indépendante, parce que sérieux, culturellement parlant, nous sommes différents d’une province à une autre.
  • Ahhhhh, la démocratie. Quelle terme surutilisée! Vraiment…
  • Améliorer la vie des peuples autochtones…sérieux, on a 400 ans à rattraper sur les dommages physiques, naturelles et psychologiques des nations. Comme si un ‘comité de la vérité et des réparations’ va régler les choses…
  • À date, le discours semble vouloir tenter de réconciler tout le monde, et je dit TOUT le monde, dans un pays plus uni…je voudrais y croire, à leur rêve, mais j’sais pas…ça sonne drà´le à mon oreille d’historienne…
  • Ahhhhh, les baisses des taxes! je me demandais quand est-ce que je l’entendrais celle-là …
  • Questions sociales: c’est beau dire qu’on veut combler les besoins des Canadien(ne)s, mais…vous allez faire quoi???
  • Y’a vraiment une fixation sur le Grand Nord…’emplois dans le nord et ailleurs…’
  • Je suis très, très, très désabusée sur les gouvernements canadiens. Ça paraà®t dans mes opinions, à date.
  • Hummm….un point que j’aime bien: criminalité juvénile. On semble vouloir responsabiliser les criminels face à leurs victimes et leurs crimes.
  • LOL ‘sérieux problème du vol des voitures…’. Je considère que bien d’autres choses ont besoin d’être protéger avant les voitures!
  • ‘Pluralisme harmonieux…’: est-ce qu’ils ont oubliés les accomodements raisonnables qui font rages au Québec??? Ça ne sert à rien de vouloir protéger contre le terrorisme quand on a encore des problèmes à régler à l’interne dans notre pays.
  • Cibler les grands pollueurs. Ouais, c’est bien de dire qu’on va les surveiller et prendre des mesures…Mais d’ici 2050??? Come on!
  • ‘Le mérite supplante le privilège…’, merde dans quel monde il vit, Harper???
  • Afghanistan jusqu’en 2011…triste.
  • Les secteurs ‘traditionnels’: aide, mais c’est pas encore expliqué comment.
  • Kyoto: ça n’arrivera pas, mais on parle de continuer des mesures.
  • J’adore Duceppe! Et Layton! Mes deux party animals!
  • Ahhhhh, Duceppe dit qu’ils vont voter contre.
  • Layton dit qu’ils n’ont pas eu leur changement de direction. Ça sent le vote de contestation. Ah, il confirme qu’isl vont voter contre.
  • Aucune aide annoncée pour l’éducation, les services sociaux, etc…