0

Ma colère contre notre société Québécoise

  

Rare que je cite un article de Patrick Lagacé, mais celui-là  vaut le coup! Et quelle marée qu’il déclenche en moi, comme réflexion…Sans compter que l’on a discuté là -desuss, BigBoss et moi, sur l’heure du dà®ner. C’est encore tout frais dans ma tête!

Ça fait des années que je trouve mon peuple, les Québécois, mous et sans colonnes. Sans projets. Sans visions d’avenir. Fermés sur nous-même. On se dit tout le contraire, mais avec le temps, je n’ai gardé qu’une rancoeur et une amertume face à ma société. Nous ne sommes qu’illusion, et on se donne tellement des grands airs de ducs, de princesses, alors que nous ne sommes des petits seigneurs de comté. On se pavane dans notre richesse collective, qui s’effrite pourtant à la vitesse grand V. On va avoir d’l’air d’une belle bande de caves paumés tantà´t, yiiisshhh! Et le restant du monde de rire de notre non-prévoyance et notre irresponsabilité…

Adolescente, j’ai toujours voulu immigrer ailleurs, même si je sais que ce n’est justement pas mieux ailleurs. Je me disais que je pourrais expérimenter un peu plus, avoir accès à plus de variétés, plus d’idées, plus de richesse, plus de projets, de nouveautés, toujours plus…Que je pourrais être en contact avec du monde ouvert, allumé sur autre chose que leur nombril, autant passionné par la vie que moi, curieux. Oui, j’ai vite déchanté, je sais que ce n’est pas plus vert chez le voisin, mais quand même. Il y a des sociétés qui se donnent un peu plus de projets communs qu’ici, c’était ça que je cherchais.

Mes amis me trouvent parfois extrême dans mes propos, ma rage contre la société québécoise, et ma misanthropie. Mais a en entendre parler plusieurs autour de moi, ils pensent majoritairement comme moi. Pourquoi, alors, ne peut-on pas faire front commun et tenter de changer les choses? C’est quand même notre société à nous, nous aussi nous payons pour y vivre. Mais non, nous, les jeunes qui commençont à entrer dans le marché du travail et dans la vie active d’adulte “responsable”, nous entrons dans une déprime collective qui nous immobilise toute envie d’amélioration. Et on s’encrasse, comme nos parents et grand-parents, dans la p’tite vie quotidienne routinière qui va nous tuer nos envies et nos rêves, tranquillement pas vite…

On veut tellement que j’enfante dans ce monde-là , j’ai des pressions incroyables à faire comme tout le monde et devenir mère (<sarcasme>parce que quoi d’autre que ce rà´le peut réellement me donner un sens à ma vie aussi agréable, de femme dans ma société, hein?!!</sarcasme>). Mais comment puis-je accepter, en toute conscience, d’élever mon enfant dans ce monde gris et ennuyeux? Oui, je peux développer moi-même mes projets, montrer à mes enfants cette autre vision de la vie que je semble avoir de différent d’avec les autres, leur montrer que la vie peut être belle et intéressant, bref les élever et faire développer cette curiosité à apprendre et expérimenter la vie. Comment je fais alors pour expliquer à mon enfant, lorsqu’il verra autant de monde pauvre et malheureux autour de lui, que nous n’avons pas assez de places en centre d’accueil pour accepter les sans-abris; pas assez d’argent pour aider les plus démunis à manger à leur faim; pas assez de bénévoles pour aider dans des écoles, des centres pour personnes agées, etc…? Comment je fais pour lui remonter le moral, lorsqu’il sera découragé de ses semblables qui, bien qu’ils clâment tout comme lui qu’ils doivent changer les choses…qu’ils ne feront rien pour aider à collecter des fonds, organiser les tâches et la communication avec le public, trouver du personnel, trouver du temps…?

Em fait, je serais incapable de regarder mon enfant dans les yeux et de lui exprimer toute la fierté d’être en vie et de vivre dans une si belle société que la nà´tre. Parce qu’on en a plus, de la fierté. On l’a vendu avec notre âme pour une p’tite tranche de pain et du divertissement “populaire”, histoire de nous faire relaxer le soir en rentrant de la maison après le boulot.

0

  

Back to my “Blah!’ mood, where I feel like nothing can really grab my attention for more than one minute, and where I just want to isolate myself in my cocoon. My antisocial skills are coming back, so you people might see me less in the next few weeks than as first planned. I’ll probably skip a lot of social geeky gatherings…Oh, the joy of having a nerdy streak :P

0

Montreal, ville bi!

  

Je sais, je sais, je n’écris plus beaucoup, l’auto-censure est plus fort que tout! Mais une petite réflexion qui traà®ne dans ma tête depuis quelques jours…
À Montréal, nous sommes une gang de bipolaires! La honte du succès et de l’argent vs la quête de la gloire et du succès instantané; les franco vs les anglos; les fans du CH qui gloriefient leur équipe une journée pour mieux la blaster le lendement…Nous sommes une gang de bipolaires qui devrait commencer à se soigner. Autant ça a un charme pour les visiteurs dans la ville, et que c’est devenu notre marque de commerce… autant ça commence à me blaser! Je suis tannée de ce trait caractériel typiquement Montréalais…

0

No rest for the Wicked!

  

Oh. Look at that: I have time to blog!

The GeekFest was a success! Last week-end, we had more attendees than expected, and the comments are quite positive, even with the errors we did (you’ll have to consider we were all beginners in organizing a festival!). I’m really happy with the results, and I am already planning next year’s activities… Yes, I’m really motivated!

Otherwise, I took the rest of my semester off, yet again. The festival, taking some time with the husband, and just having time to breath and relax, were more important than academia at this point of the year. Not that I’m not motivated for learning more in history and sociology but…screw this! I grew tired, and I just had the same questioning over and over. I don’t know if I’ll go back soon, or if I’ll go back in the same fields I was studying. We’ll see as time goes by!

Otherwise, it’s almost St-Patrick’s day, and I have no party planned. I need to have one, I skipped last year’s celebrations!

0

Comme quoi ça change dans le Sud-Ouest de Montréal…

  

Assise dans un restaurant à déjeuner de St-Henri, je me rends compte que le quartier a bien changé depuis ma jeunesse. Quartier où je faisais mes mauvais coups, l’âge moyen semble s’être rajeunit. Où je prenais mes déjeuners avec pleins de ti-vieux et de baby-boomers – alors là dans leur fin quarantaine – je suis maintenant entourée de jeunes de mon âge. Jeunes de la vingtaine, début trentaine, nous semblons avoir prit le contrôle du quartier. Pleins d’anglophones aussi, ce qui était beaucoup plus rare il y a 15-20 ans. Mais j’aime ça! J’adore, même! Je suis beaucoup plus fière de mon coin de ville (le Sud-Ouest) qu’à mes 18 ans, où j’avais tellement désiré vivre à Westmount ou Rosemont…
Et je ne me sens pas envahie par la clique du Plateau qui s’enfuit de leur quartier trop cher, ni ne me sens embourgeoisée.
**********
Je trouve hilarant qu’il y a minimum un blackberry/iphone/mobile intelligent qui traîne sur chaque table. Comme quoi on refuse sortir déconnecté de notre réseau!

0

It is done!

  

Labeur des  derniers mois au boulot, le redesign complet du portail BRANCHEZ-VOUS! est maintenant complété. Techno, Matin, Affaires, Bénéfice.net, Jouez.com… tous ces sites ont maintenant le nouveau look que j’ai réussis à intégrer d’une manière quasi uniforme sur tous les navigateurs et plate-formes possibles (oui oui, même IE6). Intégration de Cà¹fon pour la typographie, de jQuery pour le carrousel d’intro, les cookies pour se rappeller de notre mise en page de l’accueil selon nos goà»ts…

Ouep, on est pas mal content du résultat final, au boulot! Et moi, je vais tellllllement me prendre un bain relax et dormir. C’est un gros poids de moins sur mes épaules, et je suis bien fière du résultat!

Maintenant, au tour de Showbizz.net…lui va me compliquer la vie, mais paraà®t que je suis ben bonne à relever des défis impossibles :P