0

Inglorious Basterds – my quick review (no spoilers)

  

Seen the movie at Fantasia this summer, weeks ago (already!). I really loved it! :D

Not the best Tarantino, but quite close; one of the principal characters, General Landa, is just fucking amazing (the actor and the character); and I just loved how Eli Roth defined the films as “kosher porn”. A damn good Tarantino!

The only bad critic I have to say: Alliance Atalntis Vivafilms are a bunch of archaic marketeers and decision-making directors. The decision to announce, just a day or two before the presentation (and only on the Fantasia film festival’s website) that no iPhone, cell, iPod Touch (WTF?) were allowed was completely ridiculous, and surprised those waiting in line whom did not received the memo. And having douchebags sitting in the reserved rows of said company in the Hall’s auditorium, playing with their damn iPhones/talking on it…If they had not been too far from me, I would have shoot popcorn at them during the entire movie! We even had to pass metal detector before entering the auditorium! If it wasn’t hypocrisy and damn corporate privilege, I don’t know what it was (I’m sure those idiots lacking class and decorum didn’t even pay a damn cent to see it, compared to me who DID  PAY).

Serious, this would have been the PERFECT time to actually let the public do their marketing job for the movie and promote it on Facebook, Twitter, etc…I can understand about not taking pictures, qik or record the movie, even if I now found it hard to believe that Montreal is a world-renowned pirating city (I think that’s a bullshit and unproven speculation). I can understand not spoiling it to the general public (whom are waiting to see it). But damn, that was a great opportunity missed by Alliance Atlantis Vivafilm. Rethink your public strategies, your marketing plans! Stop being ‘old school’.

0

Vive les comeback musicaux

  

Quel Groupe Pop BonBon favori à moi fait un comeback???

Ouep, Aqua!!! :D Bon, la toune est relax, mais ça faisait longtemps que je ne les avais pas écouté. Je m’en vais me taper leur deux albums drette là !!!

0

Nuit de la Philo 2009 – recap

  

Je sais, je sais. Je suis quasiment un mois en retard pour ma critique, mais mieux vaut tard que jamais!

J’ai passé une agréable nuit à l’UQAM dans le cadre de la Nuit de la Philo le 21 mars dernier. Lorien m’y a accompagné, et tout les deux étions prêts: nous avions des cousins et des couvertures pour survivre à notre nuit. Et bien que j’avais mon laptop et que j’aurais voulu faire un live blogging, je n’aurais pas pu à cause du manque d’accès wifi pour le grand public. Grande déception pour ma part, mais bon, j’ai survécu sans mon ordi.

  • Israà«l peut-il être sioniste et démocratique? de D. Kosseim et R. Antonius : notre première conférence, et pas un sujet léger non plus. Un questionnement sur la construction de l’état Israà«lien au courant de la 2e moitié du XXe siècle, de ses batailles avec l’état Palestinien; de sa recherche d’identité suite à la 2e guerre mondiale, la Shoah, la création d’une nation, les mythes de la nation hébreuse versus la nation Israà«lienne; de la discussion sur la démocratisation d’Israà«l ou non. Hyper intéressant, et pile dans mon domaine de recherche en histoire. Quand je reconnais le 2/3 des noms mentionnés, je peux assumer que j’ai beaucoup lu sur le sujet.
  • Le zapartisme est un humanisme mais en plus drà´le Héé oui, les Zapartistes donnaient un spectacle cette soirée-là . Une chance que Fred Harper et sa douce nous avaient garder des places prêt de la scène, car nous aurions été loin derrière dans la salle. Plusieurs sketchs étaient des reprises de leur répertoire (le Cube d’Uranium, la Grande Messe du Conseil du Patronat…), mais c’est toujours un plaisir les réentendre. J’ai rit à en pleurer! Et c’était une belle claque dans la face pour la conscientisation aux problèmes de la société actuelle. Ils ont des grosses couilles, les Zaps, pour leur humour noir, décapant et politiquement incorrect, et je les adore!
  • Match d’improvisation Ça faisait longtemps que je n’en avais pas vu un. Les étudiants de l’UQAM s’affrontaient sur pleins de sujest à saveurs philosophiques, mais nous avons entrecouper notre écoute du match par une autre conférence (qui nous intéressait un peu plus).
  • Pourquoi suis-je anticapitaliste, surtout en temps de crise de Martin Petit (non, pas l’humoriste mais un prof d’économie de l’UQAM en kilt, il rock autant) J’avais vu sa 1ère partie il y a deux ans, et ce coup-ci, il résumait l’historique de la crise actuelle, et des grandes crises de par le passé. En nous présentant ces diverses crises, leur causes et leurs effets, il nous expliquait par le fait même pourquoi il était anticapitaliste. C’était géniale
  • La crise économique: dérive d’un système instable dde P. Langlois. Présentation du sujet de maà®trise d’un finissant en science politique, ça a finit en discussion sur les pourquois de la crise, en entrant réellement dans les détails. J’ai finalement compris – à ce moment-là  – comment la crise financière est arrivée, et pourquoi, mais si vous me le redemandiez maintenant, je serais incapable de m’en rappeller. Comme quoi déjà  là , à 1h30 du matin, mon cerveau carburait à fond à la caféine et que ma mémoire commençait déjà  à me faire défaut. On a eu le malheur d’assiter à un black out du conférencier (qui semblait perdu dans ses notes et avait de la misère à continuer son sujet), mais la gentille foule qu’on est l’a aidée en tournant le tout en discussion. C’était vraiment intéressant.
  • L’organisation mettait à la disposition des gens un endroit o๠s’endormir sur des tapis de gymnase. On a profité d’une bonne demie-heure de repos, Lorien et moi, avant de terminer notre nuit avec deux autres conférences de connaissances à moi.
  • Orwell, anarchiste tory d’éric Martin. Petit tour de la pensée politico-philosophique de George Orwell basé sur une étude des grands écrits de sa vie. Intéressant (un tory anarchiste, ça se peut réellement???), mais encore là , la fatigue m’emportait par moment (il était à 5h du matin). Et j’avoue avoir trouvé la conférence courte (30 minutes environ, alors que ça disait 1h30 sur le pamphlet).
  • Chuck Norris et Steven Seagal contre la philosphie de Bertrand Schepper-Valiquette et Raphaà«l Crevier. LA conférence à laquelle Lorien et moi étions tout spécialement venu pour. En plus que le p’tit frère la donnait, le sujet nous avait particulièrement intrigué. J’ai pas besoin de vous dire que c’était une excellente conférence et qu’on a pleuré de rire, sans compter qu’avec la fatigue d’être rester debout toute la nuit, nous étions tous d’excellente humeur dans la salle! Une belle analyste de la création du mythe du super-homme américain dans la filmographie des années 80-90, et de son contraste avec la philosophie, l’humanisme, le regard du monde, etc. C’est étonnant de voir, après tant d’années o๠Bert m’a souvent cassé les oreilles avec son Steven Seagal, qu’il puisse en parler dans le cadre d’une conférence dite politico-culturel-philosophique. Bravo Bert, t’as réussit à rendre Steven Seagal comme sujet d’étude universitaire :P
0

Any book to read?

  

I’m looking for books to read. Fiction.

As everything I am reading these days are tech-related or geekish, I’m searching for new stories, fantasy, sci-fi…or just historical/none-fiction-none-related-to-techie-stuffs book.

Any suggestion, people?

0

Derniers updates sur moi

  

Quel beau week-end de trois jours, à part qu’à  chaque matin, mon chat hyperactif Sirius aime bien aller griffer sous notre lit, courrir partout dans la maison, miauler comme un débile et écoeurer les autres chats…à  7h AM! Grrrrrrrrr….Sans compter que ce matin, ce fut le bonus: le vomi partout. Mes 4 chats me donnent une bonne impression/pratique de ce que c’est que d’être mère, et ça me tente absolument pas. Mais bon, je vais survivre. Avec des cernes et de la fatigue et un caractère chiant, mais je vais survivre :P

J’ai été voir La charge de l’orignal epormyable la semaine dernière au TNM. Soir de dernière en plus, donc intensité dans le jeu des acteurs. Ils se sont donnés à fond pour cette dernière. Mise en scène grise et froide, pour aller avec le texte. Autant Le Retour m’avait choquée, autant cette pièce m’a juste perdue. Je n’ai tout simplement pas comprit. était-ce une hallucination psychologique? était-ce réelle? Je me suis laissée emportée par l’histoire malgré mon questionnement, mais j’en suis sortie perdue.  L’histoire d’un homme, Mycroft Mixeudeim, ’emprisonné’ par 4 psychoanalystes fous et dépravés, qui se servent de lui comme cobaye dans des  jeux tordus. L’histoire d’un homme qui se brise, mais qui tente de sortir de sa prison en chargeant dans des portes, en les brisant. Je cherche encore quoi dire de plus, mais j’en suis incapable: j’en suis encore à me demander si j’ai aimé ou non.

Sinon, petit retour rapide sur le YulBlog d’avril. Lancement des tomes II des Chronicles d’une mère indigne et d’Un taxi la nuit (que j’ai terminé en une soirée chacun), j’ai revu brièvement Scrogn. Même le Lapin s’est déplacé à ce Yul. Mon ancien prof de cégep, Philippe Bonneau, s’est aussi présenté, mais vu la petitesse de la foule, il n’a pas eu une bonne impression de ce que s’était un Yulblog. Oh well. On verra au prochain s’il y aura foule (ce dont je doute). Par contre, j’ai eu une bonne discussion avec mon ancien prof sur la diffusion du contenu personnel sur Internet, et je partagerai ces réflexions que j’ai eu suite à cette discussion dans un autre billet.

7

se demande ce que c’est d’être une femme aujourd’hui

  

Aujourd’hui est la journée internationale de la femme. Woupdi-fucking-dou! Si seulement on pouvait réellement la fêter! Un peu pessimiste, la Sekhmet? Ouais. Négativiste, même. Parce que je ne vois pas ce qu’il y a de bien à célébrer en ce dimanche, jour du Seigneur.

Il y a encore des femmes qui sont prises dans cet engrenage qu’est le rà´le maternel et la soumission à l’homme. Il y a encore pleins de femmes qui sont des butins de guerre, violées et martyrisées par les vainqueurs du moment, jetées et abandonnées après usage et considérées comme des souillures, des femmes “polluées”. Il y a encore pleins de femmes qui doivent se taper des emplois de misère, au salaire minimum, ou danser autour d’un poteau pour arriver à nourrir leurs bambins. Il y a encore plein de femmes qui sont mariées de force, par obligation familiale, et ensuite abandonnées par leur famille car elles ont eu le malheur de survivre à leur mari. Honte à elles!

Et de l’autre cà´té du balancier, il y a des femmes qui disent se donner le pouvoir sur leur corps et leur sexe en se dandinant le cul sur des beats hip-hop/dance, et en acceptant de se qualifier comme “hot mama” et “ho”. Bonjour le féminisme!

Je cite des exemples extrêmes, je sais. Il y a pleins d’entre-deux entre ces types de femmes. La mère de famille qui subit en silence, pour le bien de ses enfants, que son mari la traite de salope ou se saoule la gueule à chaque soir sans rien contribuer aux tâches familiales. La secrétaire ou la vendeuse qui tolère silencieusement que oui, pour l’image de la compagnie, elle doit montrer son décolleté. L’adolescente qui veut se sentir dans la gang, être cool, et qui va faire des fellations à ses amis <sarcasme>mais que ce n’est pas sexuel du tout, oh nonnnn!</sarcasme>. Et je passe sous silence pleins d’autres exemples, parce que je n’écris pas assez rapidement pour tous les mots qui me passent par la tête.

Le féminisme est devenu tabou, aussi. Peu de femmes le clâment. C’est comme si se qualifier de féministe nous qualifiait automatique comme femme frustrée finie, émasculatrice et matrone, ultra-indépendante aux cheveux courts et aux allures masculines. Non, je refuse de me définir comme tel. Je suis féministe, mais j’aime m’afficher comme femme aussi. J’aime me poupounner un peu, sentir le parfum de luxe et porter une jupe. Et je me considère féministe. Heartless bitch FTW!

Mais là  o๠je bugge, c’est cet espèce de statu quo que nous, femmes, semblont avoir accepter avec les années. On se complaà®t dans ce que nos aà¯eules ont acquérit pour nous, on se félicite entre femmes de ce que nous avons aujourd’hui, mais c’est tout. That’s it! Les autres, elles n’ont qu’à  se défendre elles-même, pardieu! Pourquoi j’aurais à faire le combat pour celles qui sont prises dans des sociétés patriarcales? Pourquoi je devrais aider la femme battue et prise dans un cercle vicieux? Elle n’a juste qu’à  porter sa colonne vertébrale, maudit!

Voilà  le message que je perçois des femmes autour de moi. C’est comme si on avait arrêté le combat parce que nous, on est bien dans notre quotidien et on peut faire ce que l’on désire. Alors comment puis-je être heureuse en cette journée de la Femme? Comment puis-je me regarder les yeux dans le miroir et me dire “que je suis bien être une femme!”. Il y a encore tant d’injustice et d’inégalités à combattre. Le combat pour l’égalité est loin d’être terminé!

Et moi, je vais célébrer cette journée en faisant mon lavage et la cuisine. Go women!

P.S. en passant, allez lire cet excellent billet de Chroniques Blonde, La femme est un homme comme les autres. Génial! J’aimerais tellement avoir sa plume et sa verve.

P.P.S. Autres liens à partager en cette journée de la Femme: jesuisfeministe.com , une nouvelle initiative web que j’aime bien; mes fameuses Heartless Bitches; et les merveilleuses Chiennes de gardes françaises.