4

Résolutions 2013, part I

  

Je lis beaucoup sur la nourriture, l’alimentation, les habitudes de consommation, le gaspillage alimentaire, etc… ces jours-ci, et c’est un sujet qui me touche beaucoup. Ma jeunesse a été marquée par le manque de nourriture que notre pauvreté nous occasionnait, et ça m’affecte encore dans ma vie adulte. On gaspille tellement dans notre société québécoise, et ce sur tous les volets: nourriture, vêtements, meubles, animaux, etc.

Quelques articles qui m’ont intéressé aujourd’hui sur ce sujet:

En 2012, en déménageant chez Guillaume dans le quartier Villeray, le temps que les rénos furent terminé à la maison, j’en avais profité pour commencer de nouvelles habitudes. J’étais tannée de me trouver une allure de patate suite à ma grossesse, et de ne jamais me sentir en santé dans mon propre corps. Je sentais que mes problèmes de cholestérol allaient revenir, et je m’étais dite qu’il était plus que temps de changer mes habitudes au volet nourriture, sans compter que je m’inquiètais de ce qui entrait dans la bouche de Nano. Bref, il fallait que ça change. Voici donc une petite liste de ce que j’avais tranquillement commencer à faire en 2012:

  • n’acheter que ce qui était nécessaire à ma cuisine: aller au marché plus souvent, avoir des aliments le plus possible local/bio, mais ne pas en faire tout un plat non plus;
  • préparer des repas santé (et en avance, ou du moins rapide avec le crock pot);
  • me faire une liste des recettes de la semaine, et y tenir;
  • récupérer les aliments sur le bord de la péremption d’une quelconque manière qui soit: confitures, pains, desserts, etc.

Et je dois dire que je suis contente de moi-même: j’ai pas mal tenue ces bonnes habitudes. J’ai perdu environ 40 livres (bien qu’il m’en reste encore juste un tout petit peu à perdre), le mari en a perdu environ 15 livres, et Nano a droit à un menu assez varié et bon (malgré ses caprices du moment). J’ai prit goût à faire la cuisine aussi, et bien que je ne suis pas un grand Chef réputé à la Chuck Hugues, Normand Laprise ou Gordon Ramsay, je suis pas mal contente de mes recettes accumulées au gré des mois.

Pour 2013, je me souhaite de continuer ces bonnes habitudes, mais aussi d’en acquérir des nouvelles:

  • apprendre à faire de la conserve et du cannage (je me suis achetée quelques livres sur le sujet, et mes confitures me confirment que je suis sur la bonne voie)
  • commencer un jardin de fines herbes
  • faire du troc avec des dumpsters divers: ils m’amènent de la bouffe, et je fais pleins de cannages/conserves/plats pour eux et moi! (Contactez-moi si ça vous intéresse ;) )

Vais-je les tenir? On s’en reparle en Décembre 2013.

0

Share of the day: George Carlin

  

Je découvre – un peu sur le tard (le monsieur est décédé en 2008) -George Carlin, un auteur, acteur et stand-up comic américain qui jouait beaucoup sur les sujets de la politique, de l’humour noir, des grands tabous de la vie et de la société américaine en générale. Je vous partage donc quelques vidéos sur cet homme un brin provocateur et brillant!

0

Mondial de la Bière 2011

  

We could say that yesterday was the kick-off day for the  festival season here in Montreal, and what better festival to start this season than the Mondial de la Bière! This year, the festival is being hosted at a bigger place (Place Bonaventure), promising more space to walk around and to enjoy the differents beers available the entire week-end and more places to sit down and enjoy our brew. Many complained about the lack of outdoor space (gare Windsor had a marvelous outdoor space, ideal for this festival), but after this week’s high heat on the city, people were really glad to be in a place where there was air conditioning.

I was a bit disappointed, for there was no real newcomers presenting their products this year. I did fall on Beau’s All Natural Brewing Company, an Ontarian beer brewer which made an excellent blonde beer (and their strong ale was awesome too!), but otherwise, it was the same kiosks as last year.

So, if you haven’t been to the Beer festival in a long time, it might be a good thing to go for a visit, but forget it otherwise: if you are planning of attending the event during the week-end, it will be jammed-pack! If you fear big crowd, it is not the place to go!

0

Rammstein for the third time

  

Last night was my third time seeing Rammstein here in the province, and of all of them, my favorite was the show at Quebec City last summer. Last night felt like they were tired, there was less firework and technical effects, and the noise was awful in the Bell Centre. Not the best of the three last night, but I was still happy to see them again :D

0

M.I.A. ‘Born Free’: can’t wait to see her new album

  

I love M.I.A. I really do! Yet, when I first heard ‘Born Free’, her new simple…I wasn’t amazed. But seeing the videoclip made me realized how amazing the song – and the artist – is.
Watch it!

Just a little mention:
I don’t really see this video as an Anti-Americanism piece. I see it as a call to action against all type of genocide and violence in the world. Replace the US troops as Nazis or Turks, and the ginger heads as Jews or Armenians, and you have a perfect allegory of genocide. She states her opinion on the subject, and shows us – graphically – how ugly hate for a specific ethnic population can turn out.

0

Ma colère contre notre société Québécoise

  

Rare que je cite un article de Patrick Lagacé, mais celui-là  vaut le coup! Et quelle marée qu’il déclenche en moi, comme réflexion…Sans compter que l’on a discuté là -desuss, BigBoss et moi, sur l’heure du dà®ner. C’est encore tout frais dans ma tête!

Ça fait des années que je trouve mon peuple, les Québécois, mous et sans colonnes. Sans projets. Sans visions d’avenir. Fermés sur nous-même. On se dit tout le contraire, mais avec le temps, je n’ai gardé qu’une rancoeur et une amertume face à ma société. Nous ne sommes qu’illusion, et on se donne tellement des grands airs de ducs, de princesses, alors que nous ne sommes des petits seigneurs de comté. On se pavane dans notre richesse collective, qui s’effrite pourtant à la vitesse grand V. On va avoir d’l’air d’une belle bande de caves paumés tantà´t, yiiisshhh! Et le restant du monde de rire de notre non-prévoyance et notre irresponsabilité…

Adolescente, j’ai toujours voulu immigrer ailleurs, même si je sais que ce n’est justement pas mieux ailleurs. Je me disais que je pourrais expérimenter un peu plus, avoir accès à plus de variétés, plus d’idées, plus de richesse, plus de projets, de nouveautés, toujours plus…Que je pourrais être en contact avec du monde ouvert, allumé sur autre chose que leur nombril, autant passionné par la vie que moi, curieux. Oui, j’ai vite déchanté, je sais que ce n’est pas plus vert chez le voisin, mais quand même. Il y a des sociétés qui se donnent un peu plus de projets communs qu’ici, c’était ça que je cherchais.

Mes amis me trouvent parfois extrême dans mes propos, ma rage contre la société québécoise, et ma misanthropie. Mais a en entendre parler plusieurs autour de moi, ils pensent majoritairement comme moi. Pourquoi, alors, ne peut-on pas faire front commun et tenter de changer les choses? C’est quand même notre société à nous, nous aussi nous payons pour y vivre. Mais non, nous, les jeunes qui commençont à entrer dans le marché du travail et dans la vie active d’adulte “responsable”, nous entrons dans une déprime collective qui nous immobilise toute envie d’amélioration. Et on s’encrasse, comme nos parents et grand-parents, dans la p’tite vie quotidienne routinière qui va nous tuer nos envies et nos rêves, tranquillement pas vite…

On veut tellement que j’enfante dans ce monde-là , j’ai des pressions incroyables à faire comme tout le monde et devenir mère (<sarcasme>parce que quoi d’autre que ce rà´le peut réellement me donner un sens à ma vie aussi agréable, de femme dans ma société, hein?!!</sarcasme>). Mais comment puis-je accepter, en toute conscience, d’élever mon enfant dans ce monde gris et ennuyeux? Oui, je peux développer moi-même mes projets, montrer à mes enfants cette autre vision de la vie que je semble avoir de différent d’avec les autres, leur montrer que la vie peut être belle et intéressant, bref les élever et faire développer cette curiosité à apprendre et expérimenter la vie. Comment je fais alors pour expliquer à mon enfant, lorsqu’il verra autant de monde pauvre et malheureux autour de lui, que nous n’avons pas assez de places en centre d’accueil pour accepter les sans-abris; pas assez d’argent pour aider les plus démunis à manger à leur faim; pas assez de bénévoles pour aider dans des écoles, des centres pour personnes agées, etc…? Comment je fais pour lui remonter le moral, lorsqu’il sera découragé de ses semblables qui, bien qu’ils clâment tout comme lui qu’ils doivent changer les choses…qu’ils ne feront rien pour aider à collecter des fonds, organiser les tâches et la communication avec le public, trouver du personnel, trouver du temps…?

Em fait, je serais incapable de regarder mon enfant dans les yeux et de lui exprimer toute la fierté d’être en vie et de vivre dans une si belle société que la nà´tre. Parce qu’on en a plus, de la fierté. On l’a vendu avec notre âme pour une p’tite tranche de pain et du divertissement “populaire”, histoire de nous faire relaxer le soir en rentrant de la maison après le boulot.