Reviews: Smashing Conference 2016, & Hope Conference

I didn’t took the time to write about it but in 2016, I traveled a lot, attending conferences (one for work, and one during my vacations week). While I did not wrote any review on my blog, I wrote two journal entries for my work place, which can be read on the Plank Journal section. I am sharing the links to two reviews I did for two conferences I attended last year, which were actually quite fun and related to my field of work and tech interests:

  • Smashing Conference in New York City, June 2016
    I attended that conference for work, and it was also my first time traveling alone in the United States! Quite stressed over that one, but overall, it was great! I had an awesome time, discovered Hells Kitchen, and walked a lot when not attending the conference ūüôā
  • Hope Conference in New York City, July 2016
    I’ve been reading the 2600 magazine for many years, and¬†I always promised myself I would attend one hacker conference one day. Now I can say “Been there, done that, got the tshirt”, and all while having tons of fun, meeting great new people, and learning crazy stuffs from really geeky hackers!
2

La Debbie du pass√©….

(Lire ceci avant: http://www.mauvaiseherbe.ca/2016/10/23/inventaire/ Рmon texte a été écrit suite à cette lecture touchante et marquante)

Je vais vous conter un #inventaire un peu diff√©rent des autres femmes, aujourd’hui…

Je vais vous conter comment, avec les mauvaises exp√©riences de type attouchements, harc√®lements, et aggression dans ma vie, j’en suis venue √† me construire une identit√© publique qui a acquis une certaine…r√©putation de violence, et d’aggressivit√© envers les gens √† travers le temps.

Je vais vous conter pourquoi la majorit√© d’entre vous m’avez connu aggressive, toujours pr√™te √† donner des coups quand √ßa faisait pas mon affaire, toujours pr√™te √† l√Ęcher quelques sacres bien sentis quand j’entendais des absurdit√©s, toujours pr√™te √† devoir arracher des couilles et les faire bouffer aux ‘cromagnons’ qui oseraient me provoquer ainsi. Toujours pr√™te √† donner une baffe. Parfois en pr√©vention, juste “pour le fun”.

Je vais juste vous conter la femme que j’ai faillit devenir, celle que j’ai faillit tuer en-dedans de moi – mon vraie moi, quoi! – en bonne partie √† cause de cette #cultureduviol. Cette femme qui s’est tranquillement √©teinte dans les derni√®res ann√©es, pour laisser tranquillement la place √† cet √™tre humain un peu plus empathique, un peu plus forte et plus expressive, capable d’exprimer haut et fort quand je n’adh√©re pas √† de quoi d’incongru, de compl√®tement “fucked up”.

M’en vais vous conter qui a √©t√© Debbie.

—–

6 ans. Ce dont je me souviens: un oncle me gardait pendant que ma m√®re travaillait de soir. Moi qui regardait la t√©l√©vision, Passe-Partout jouait d’ailleurs. Cet oncle qui est sorti nu de sa douche, et qui me demande si j’ai envie de jouer √† un jeu.

J’ai 6 ans, une jeune enfant qui n’avait pas grand monde avec qui jouer. C’est CLAIR que j’ai dit “oui”. Un jeu, man! Voir qu’un enfant dit non √† jouer!

Le jeu en √©tait un de ‘devines quel partie de l’anatomie humaine que c’est en l’embrassant”. J’ai encore une face de d√©go√Ľt en repensant √† √ßa. D√©go√Ľt de cet √™tre humain abject qui a pens√© que ce serait ben le fun de s’amuser avec sa ni√®ce comme √ßa.

Je skippe les d√©tails. Mais je n’ai jamais pens√© que c’√©tait de ma faute. Par contre, je me suis tue: ce n’est pas avant mes 10 ans que j’ai r√©ussit √† le dire √† ma m√®re et ma grand-m√®re. √Čv√©nement qui avait √©t√© mis dans le fond de mes souvenirs, semi-oubli√©…mais qui est ressorti suite √† un ‘trigger’ important cet √©t√©-l√†: j’avais un homme qui avait juste fait la gaffe de me toucher, de m’approcher. Rien de m√©chant, rien de sexuel: ce monsieur avait juste tenter de me faire un calin!

Cet homme, qui est devenue mon grand-p√®re adoptif, a su illico qu’il y avait de quoi: aucun homme ne pouvait m’approcher, je n’en respectais pas un, d√©j√†, du haut de mes 10 ann√©es de vie.

Ça promettait pour mon adolescence.

Level up de la Debbie violente: +1

—–

11 ans. Une soir√©e chez un ami. Il s’est mis √† me coller. Avoir des mains baladeuses.

Moi, influenc√©e par la gang, par mes amies autour qui n’arretaient pas de me parler de “chums”, d’√™tre avec un gar√ßon (oui, d√©j√† √† cet √Ęge, criss que je me tenais avec des gens pr√©coce). Moi qui ne voulait pas se faire toucher…mais qui s’est laiss√©e faire.

Parce que. Parce que pour la premi√®re fois, un gar√ßon de la cour d’√©cole, un ami, me “voulait” comme √ßa. Parce que je me faisais dire que “c’est normal”, c’est un passage oblig√© vers l’amour et la vie adulte.

Je l’ai laiss√© me tripoter, se frotter contre moi, sentir son √©rection, me laisser des marques dans le cou, couch√©e sur le sofa, sous son corps qui ondulait…pendant que moi, j’en retirais aucun fun, et je regardais la fucking t√©l√© au loin.

J’ai apprit, ce jour-l√†, que criss que je voulais rien savoir des relations “amoureuses” et sexuelles. Fallait que j,√©loigne de moi toute personne qui voudrait s’approcher, co√Ľte que co√Ľte.

Level up de la Debbie froide: +1

—–

Ayant √©t√© victime de bullying intense entre mes 10 et 15 ans √† l’√©cole, j’en ai retir√© des souvenirs calissement amers de ces ann√©es-l√†. Beaucoup d’insultes, d’attaques verbales et physiques contre ma personne. Des attaques sur comment personne ne voudrait de moi “comme √ßa”, sauf pour √™tre un vulgaire trou, un jouet jetable dont personne ne voudrait fi√®rement dire qu’ils m’avaient touch√© “comme √ßa”.

Ça laisse des marques sur un enfant, ce genre de remarque.

Level up de la Debbie qui se ferme la gueule: +1

—–

15 ans, tann√©e d’√™tre une victime d’intimidation qui devenait de plus en plus intense, j’ai chang√© d’√©cole.

Première journée à cette nouvelle école, je prend une attitude très aggressive, très froide. Je sors ma face publique à ce moment-là: cette Debbie violente que beaucoup ont apprit à connaitre dans ces années-là.

Une fille qui a essay√© de m’intimider, car elle m’a reconnue de l’autre √©cole: je l’ai menac√©e, pouss√©e dans une case, et fut d’une violence verbale inou√Įe envers elle. Lui soutirant la promesse de se fermer la gueule me concernant. D’oublier qu’elle m’avait vue √† cet √©cole, sous peine de…

J’ai clairement eu la paix ensuite.

Level up de la Debbie violente: +5

—–

Le nombre de fois que j’ai des amis, une fois √† l’√Ęge adulte, qui n’ont pas accept√© mes refus polis √† “plus”: du franchage, du tripotage, du sexe, une relation… J’ai quelques amis que j’ai apprit √† flusher de ma vie en leur promettant de leur arracher la t√™te s’ils osaient salir mon nom parce que j’avais os√© dire “non” √† leurs avances.

Level up de la Debbie violente: +10
Level up de la Debbie froide: +5

—–

Le nombre de fois que √ßa ne me tentait juste pas d’avoir des relations. Mais que j’ai dit oui, que je me suis laiss√©e faire…

Level up de la Debbie d√©pressive: YOU DON’T WANT TO KNOW

—–

Et j’en passe.

Les ‘compliments’ d’√©trangers sur la rue, dans les caf√©s, sur les m√©dias sociaux, sans que je leur ai parler.

Les √©trangers qui pensaient me complimenter en me demandant d’√™tre leur amante (un dans un centre d’achat o√Ļ je travaillais, et un autre comme √ßa, √† l’arr√™t d’autobus. Criss, les boys, travaillez vos osti de tactiques de cruise!!!)

Le dude dans le m√©tro qui avait sorti son p√©nis de son short, assis devant moi, et qui se touchait…alors qu’on √©tait seuls dans le wagon, et que j’avais ma face dans un livre (je n’ai d’ailleurs jamais fini ce livre, osti!)

Les fucking dick pics envoyés online, sans même une salutation.

J’en passe tellement, des petites exp√©riences v√©cues dans ma vie. Mon cerveau a d√©cid√©, il y a longtemps, que cat√©goriser tous ces monsieurs-l√† comme des osti de d√©biles √† leur d√©foncer la face si je les rencontrais sur la rue (non, je ne l’ai jamais fait, d’ailleurs: il y a aucun de ces cons qui m√®ritent que je fasse de la prison pour LEURS mauvais comportements)

—–

Plus les ann√©es passaient, plus je sentais monter la violence en moi. √áa en √©tait devenue ma premi√®re r√©ponse quand les gens normaux m’abordaient. R√©flexe premier: leur r√©pondre b√™te, et avec un sale regard meurtrier du type “Disparait de ma face”. N’importe qui qui m’a connu au c√©gep SAIT de quoi je parle: cette Debbie leur faisait PEUR.

Level up de la Debbie violente: +100
Level up de la réputation de la Debbie violente: +10

—–

Bien qu’avec le temps, je me suis rendue compte de mes comportements, de mes r√©flexes comportementales, et que plusieurs de ces personnes (devenus de chers amis!) ont os√© passer par-dessus ma carapace et me pointer ces comportements malsains, j’ai apprit tranquillement √† changer. Plusieurs de ces Macaques qui me connaissent depuis longtemps me disent tous comment j’ai chang√©, comment j’ai prit en maturit√© et arr√™ter d’√™tre une femme violente avec les autres.

La naissance de ma fille aura √©t√© le point tournant qui m’aura pousser √† me changer, √† me regarder dans le miroir et chercher √† savoir qui √©tait cette femme que je n’aimais pas….

Level up de la Debbie d’aujourd’hui: +5

—–

Reste qu’on vit toujours dans une soci√©t√© qui a apprit √† taire cette culture du viol. On a apprit √† taire ces d√©gueulasseries, √† ne rien dire, de peur de choquer quelqu’un et briser la vie des aggresseurs.Fallait pas en parler.

La Debbie d’aujourd’hui voit les m√™mes affaires que durant son enfance et son adolescence se passer. Les m√™mes comportements chez plusieurs hommes (et femmes aussi, ne s’en cachons pas). La Debbie d’aujourd’hui sent la Debbie du pass√©, la Debbie violente et aggressive, qui veut sortir de sa cage et casser des gueules. Parce que c’est ridiicule. Parce que c’est aberrant qu’en 2016, qu’on doive encore subir les actes de ces aggresseurs en se fermant la gueule.

La Debbie d’aujourd’hui a m√Ľrie; elle canalise l’√©nergie et la rage de la Debbie du pass√© pour verbaliser sa col√®re. Mais non…cette Debbie-l√† ne se fermera pas la gueule.

La Debbie du futur s’inqui√®te. Pour sa fille, pour les filles de ses proches: dans quelle soci√©t√© les √©l√®ve-t-on? Dans quelle type de soci√©t√© vont-elles grandir? Quelles comportements malsains d√©velopperont-elles pour se prot√©ger de ces harceleurs, ces aggresseurs qui vont refuser leur “non”?

Level up de la Debbie introspective et mature et qui veut changer les choses sans virer à la violence: +100

—–

Encore pleins de r√©flexions, encore pleins d’introspection, mais c’√©tait le d√©but de mes pens√©es sur ce sujet dont je me suis dite qu’il serait int√©ressant de partager online. Ceux qui me connaissent depuis longtemps ont vu mon √©volution; ceux qui ont pass√© par-dessus mon image publique aussi. Mais pour plusieurs, ce sera int√©resant de comprendre l’histoire derri√®re mes comportements aggressifs, cette Debbie √† la r√©putation violente et aggressive.

Daily Chronicles: day…whatever-the-f*ck-it-now-is

Random thoughts:

  • NEVER enough coffee in my veins on a Monday morning…
  • Just watched¬†Into the Badlands¬†yesterday…this is a promising show: martial art moves, bad-ass characters, and a damn smoking hot redhead kicking all their butt and being too clever? OF COURSE I’m hooked ūüėõ
  • So many people are having a hard time around me this year. THIS¬†is a good reminder to keep in mind.

Links of the day:

From my Feedly: Of impostor syndrome and running in circles (part 1)

If there is ONE subject that touches me a lot in my professional domain, it’s the infamous Imposter Syndrome. Even after 17+ years working as a web professional, I still have that impression of feeling inadequate, that I will be debunked, my credibility “attacked” for not knowing everything…and it’s STUPID! It’s a fucking useless and stupid feeling, an anxious thought that just doesn’t want to leave you alone. No amount of work you do through the years can totally erased all these dark thoughts and feelings you feel most of your time, and in my case, having been the victim of bullying throughout most of high school did NOT help at all with my self-esteem and self-confidence (fuck you all, by the way, you worthless bullies from High School! You are soooooooooooooooooo not worthed all the post-years of trauma, psychological stress and¬†therapy sessions you brought on your victims with all your vile words and physical attacks).

So go read this article from Christian Heilmann: as you will read, even long-time professionals can feel that syndrome. We are not alone!

Of impostor syndrome and running in circles (part 1)
from Christian Heilmann http://bit.ly/1GaAP0v
via IFTTT

Ma compilation musicale 2013

C’est le moment de l’ann√©e o√Ļ les gens sortent leur compilation musicale.

Voici ce qui a marqué mes oreilles (et la partie de mon cerveau qui entre en trance en entendant cette musique) en 2013.

Quelques nouveaut√©s, quelques chansons sorties ya un bout, mais que de la musique qui m’a fait boug√© et r√™v√©.

Ma liste sur YouTube

Ma liste sur Google Music All Access

P.S. Oui, ya du Pop/Dance/Electro/Shit. Deal with it, people ūüėČ

Little comment on UI design experience after Google I/O 2013…

Now that Windows/Microsoft and Android/Google have a unified (or almost-unified) UI experience (and a beautiful one at that) in all of their products, Apple is losing the battle and is behind (my opinion).

Will they accept the challenge and raise the bar with a new unified and beautiful design? Let’s see that in the next months/year…

It should get interesting!