0

L’horloge biologique et moi

  

Mon article à lire du jour: L’horloge biologique – Je Me Moi – Geneviève Allard – Montréal Express.

L’horloge biologique…concept totalement merdique s’il en est un pour moi! C’est encore un autre terme que beaucoup utilise comme prétexte pour tomber enceinte, former une famille, embarquer dans le même moule que le reste de la société. Pour ma part, j’ai l’impression que c’est une pression imaginaire que beaucoup de personnes se donnent rendu à un certain âge (surtout rendu à la trentaine je remarque), et qu’ils l’utilisent à outrance pour se valoriser dans leur choix de parentalité, alors que dans le fond, c’est un choix totalement personnel – ou parfois un accident que l’on veut assumer.

Jusqu’au moment où nous avons décidé de devenir parents sur un coup de tête Darling et moi (après notre poisson d’avril qui en avait surprit plus d’un), nous ne voulions rien savoir d’être parents, nous ne ressentions pas de besoin “dans notre plus profond moi-même” de le devenir, et nous avons envoyer chier pas mal tout le monde qui osaient sortir les mots “bébés”, “horloge biologique”, “à quand est-ce que vous en aurez?’, etc. OK, j’ai envoyé chier le monde (Darling est trop poli pour le faire dans leur face), mais reste que, comme le disait si bien Geneviève Allard dans sa chronique de ce matin, c’est très impoli quand les gens te disent de te dépêcher pour devenir parents. De quoi je me mêle, criss? J’ai toujours eu de la misère avec les gens qui osent me dicter ma façon de vivre ma vie en me vomissant des mots comme ceux-là.

Bien sûr, puisque ça semble être le temps dans nos vies où tout le monde tombe enceinte ou accouche dans notre entourage (c’est l’âge, hein :P ), j’ai eu plusieurs discussions avec quelques amis sur ce sujet. Plusieurs se questionnaient s’ils devaient s’embarquer dans cette aventure; on me pose bien sûr pleins de questions depuis ma maternité, le “c’est comment?” revient toujours sur leurs lèvres. Je réalise que pour plusieurs d’entre eux, la pression familiale et sociale est grande, et j’ai peur qu’ils flanchent tant c’est intense parfois. La parentalité est une aventure qui ne convient qu’à quelques personnes, et qui de surcroît doit désirer cette dite aventure! Ce n’est pas pour n’importe quel bozo, être parent. Ce n’est pas non plus parce que tout le monde le fait qu’il faut absolument s’y mettre aussi. Être parent doit être un désir personnel qui ne vient que de nous, et de personne d’autre de son entourage. Le meilleur conseil que je finis par dire à ceux qui me posent la question de “je devrais tu?” se font répondre ceci: ça arrivera quand ça arrivera, quand ça te tentera, et pas avant. Et si ça arrive jamais, alors tant pis. Mais profites du moment présent pendant ce temps.

0 Comments

  1. Il n’y a rien comme d’aller dans une fête de famille où parmi celles qui sont en âge de procréer, tu es la plus vieille et la seule sans enfants ou non enceinte, pour te faire poser la question “À quand ton tour?”. Pression familiale, quand tu nous tiens.

    J’adopte aussi la mentalité du “ça arrivera quand ça arrivera, et si ça n’arrive jamais, alors tant pis”.

  2. Ouais, ma famille aussi arrêtait pas de me pousser “en blague” la fameuse phrase “À quand…?”. Ils ont finit par se tanner après que je piquais des crises à chaque fois :P

Leave a Reply to Émilie Cancel reply