11

De l’art du blogue, de l’hypocrisie humaine et de mon burnout social

  

Lors de ma marche avec Lorien hier soir, on est venu à la discussion sur les blogues, ma présence (ou maintenant auto-censure) sur la blogosphère, et mon écoeurantite du milieu. C’était un bon petit moment de réflexion, et il m’a posé de bonnes questions, que j’ai répondu rapidement avec une réponse qui sur le coup me suffisait, mais qui m’a quand même fait réfléchir par la suite…

À la question “mais à quoi ça sert de bloguer sa vie personnelle sur un blogue?”: j’ai répondu que je ne bloguais plus réellement sur ma vie personnelle, mais que j’y allais plus de mes dernières découvertes et réflexions sur la vie en générale, histoire de partager et de débattre sur certains sujets ou idées. J’ai déjà  donné dans l’écriture du perso, et ça m’a foutu dans la merde (littéralement). Sans compter que plusieurs qui lisent mon blogue sont du boulot, de l’école, de la blogosphère, de la famille, etc…bref, de milieux o๠donner trop de détails sur n’importe quel événement un peu trop perso de ma vie peut avoir des répercussions énormes (j’oublie toujours que même si ça fait 12 ans que je ne suis plus au secondaire, je suis entourée de gens qui ne semblent pas avoir évolué mentalement, et qu’il y ait autant de mélo-drames dignes de Watatatow au alentour). BREF, moi qui en suit venu à protéger ma vie perso, j’hésite à donner la moindre petite parcelle d’info maintenant. MAIS! Toujours est-il que je continue à écrire, simplement pour partager les quelques-  rares – opinions (que je puisse encore partager sans trop faire de dégâts), et que j’aime débattre avec les gens, confronter mes opinions et ma vision des choses avec d’autres. Bon, je suis chanceuse de ne pas encore avoir eu d’hyper-connards qui aient spammer mon blogue de commentaires non-pertinents ou haineux, et je croise tous mes doigts possibles que ça n’arrive pas. Après tout, je ne blogue pas non plus pour être connue, mais bien pour me laisser un log (qui est, ironiquement parlant, publique). Je blogue pour moi, et tant mieux si quelques personnes débattent avec moi. Tant pis si j’ai zéro commentaire!

À mon commentaire de “Je commence à être tannée du milieu et je pense me taper rapidement un burnout avant mes 35 ans” (t’inquiètes zeBigBoss c’est pas professionnel…yet ;P ), la réflexion est venue après quelques semaines, o๠je semblais revoir le même monde, les mêmes cliques, les mêmes sempiternelles discussions,les mêmes guéguerres entre Miss X et Miss Y…bref, du ramassis de routine, du remâchache des mêmes affaires, du brassage d’égo, du plate. Oui, ça fait quelques mois que je commence à être blasée de mon milieu Web. Oh, à part lors de l’organisation du GeekFest (o๠j’ai rencontré pleins de gens extraordinaires. YESSSSS, fresh blood, new faces!), je me suis surprise à passer le plus clair de mon temps sur l’internet et mon cell lorsque je sortais dans des événements sociaux reliés aux cliques du Web, à peu parler aux gens, et à m’enfermer un peu plus dans ma bulle. Je ne vise personne en particulier, mais voilà , j’en suis venue à la conclusion que j’ai peut-être fait le tour du milieu. Il est peut-être venu le temps de prendre un break, me retirer dans ma tannière de Pointe-Saint-Charles, me consacrer à mes autres projets  perso (encore secrets, chut!)…ahhh, et puis pourquoi me censurer? Arrêter de voir plein de monde que je trouve hypocrite. Tannée de voir du monde prêcher une chose et faire l’exact contraire ensuite… *Sigh* Désolé, mon petit coté pessimiste et négativiste de la nature humaine vient de remonter à la surface. Mais tâche de disgression, poursuivons ma réflexion pédestre d’avec Lorien!

Je crois que je pourrais discourir longtemps sur l’hypocrisie des autres, de notre société, etc, mais je suis tannée d’être déprimée et de me noircir l’âme des conneries des autres. Pourquoi je devrais me préoccuper de ces morons qui, à la fin, se contrefichent des autres et ne se font que du tord à long terme, et qui vont me procurer quelques rires du coin de ma tannière d’o๠je les observe chuter et se planter. Bref, je suis en burnout de ma vie sociale. Je suis dà»e pour m’éloigner de la connerie humaine et penser à moi-même pour quelques temps. Je dois me soigner et penser à moi, mes bons amis, ma famille, et mon conjoint.

Ça va me redonner le sourire et le goà»t de vivre. Margarita anyone?

11 Comments

  1. Well, blog or no blog, I enjoy having you as a friend! :)
    Et c’est le fun des commentaires… En tout cas moi j’aime en avoir sur mon blog.

  2. Do not worry, je t’aime beaucoup comme amie aussi! :D Et oui, c’est toujours plaisant des commentaires, mais j’en fais pas un drame si on me répond pas.

  3. Est-ce que l’éternelle étudiante universitaire ne serait pas en manque de stimulation intellectuelle dans ce réseau par hasard?
    C’est un peu l’impression que j’ai en lisant ton billet.

    C’est étrange, mais je pensais sauter le prochain Yulblog.

  4. @Patrick: Oh, très bon point que tu m’amènes là ! Il se pourrait très bien que mon cerveau endolori par tant de manque d’intelligence m’envoyait un message que je n’avais juste pas encore comprit.
    Vive l’inconscient qui s’est déclaré d’une autre manière :p

  5. Eh bien, Miss Busy…
    Je ne savais pas que tu en étais rendue la dans ta vie sociale… en fait, j’ai toujours trouvé que tu semblais parfois ”perdue” dans une tornade sociale qui n’arrête jamais et je me demandais si tu allais un jour t’arrêter un peu pour regarder ou tu en es… et ce jour est arrivé!
    C’est normal, à un moment donné, de vouloir faire un certain ménage. Tu es dans ce réseau depuis un bon bout de temps maintenant et, une fois avoir tout essayé et bien trippé, on doit analyser ou on en est. Tu es rendu a la vie adulte de ta carrière Web peut-être? :P

  6. Intéressante coà¯ncidence! Hier, j’ai eu une discussion de ce genre avec Marie-Louise, o๠je regrettais l’appauvrissement de l’échange et du milieu blogue/Web en ce moment.

    Cet esprit un peu noir est peut-être dà» à la fatigue (bébé/travaille/ISF), mais je pense qu’il exprime une vraie lassitude.

    J’aimerais retrouver la même dynamique que j’avais il y a 4 ans quand je t’ai rencontré, ainsi que toute la gang du Yulblog (salut Christelle).

    Au final, je me dis que c’est un cycle et ça va repartir à un moment. En attendant, on peut se souvenir comment c’était avant…

  7. @Cinoman: tu me connais, je vais ensuite chialer que je n’ai plus de vie sociale et m’ennuie quand je vais avoir diminué mes sorties. *Sigh* Mais c’est vrai que ça fait quelques années que je suis prise dans une tornade sociale, faudrait que ça relaxe un peu. Le temps que je souffle et me recharge les batteries. Et j’aime bien l’analogie avec mon âge adulte web, tu as pas mal trouvé le bon terme pour définir cette phase.

    @ZeLaurent: En fait, ça fait plusieurs personnes qui me parlent de ce manque de dynamisme, d’échanges intéressantes et de l’appauvrissement des propos. Je sais qu’il y en a d’autres qui se sont plaint, mais je n’ai pu trouver d’autres articles dans la blogosphère. Mais bon, je ne cherche pas à mettre de noms nul part.
    Anyway, je crois que pour ceux qui étaient présents durant la période de l’âge d’or de la blogosphère (il y a 3-4 ans), c’est vrai qu’on a depuis remarqué un essoufflement, une diminution de la présence des gens, et d’une certaine vacuité dans le milieu (tant au niveau des discussions que des personnes), mais je ne crois pas que de se vautrer dans la nostalgie est mieux. Oui, c’était vraiment de belles soirées, nous en avons tiré de riches amitiés, de belles conversations et de beaux souvenirs, mais nous sommes tous rendu à d’autres phases dans nos vies, et je crois que c’est pour le mieux. Oh, c’est sà»r, j’espère qu’il va y avoir un souffle de renouveau et de dynamisme, que le cycle reprendra et que des nouveaux visages amèneront ces changements et ce vent de fraà®cheur, mais ça risque d’être sans moi. Je serai déjà  passée à autre chose dans ma vie!

  8. J’ai eu ce rât-le-bolle l’été dernier alors je comprends pleinement ta remise en question.

    De mon cà´té, mon écoeurantite vient surtout du fait que je suis quelqu’un de très humble qui cherche des solutions mais ne se vendra jamais en tant que spécialiste. (D’ailleurs, les meilleures ne sont jamais ceux qui sont sur la scène et qui attirent les foules, remarque ça :P).

    La communauté dont tu parles est sans cesse à la recherche de crédibilité et du vedettariat (objectif incompatible d’ailleur). Quand on évolue au rythme des Seth Godin et des Guy Kawasaki, la culture populaire fini par croire que, l’important dans la vie, c’Est d’avoir L’AIR de savoir de quoi on parle sans jamais vraiment rien dire de clair.

    Un peu comme les astrologues en fait.

    Ça donne des gens qui parlent à travers leur chapeau, qui croà®t toujours détenir LA BéBELLE EXCLUSIVE, qui croà®t avoir LA technique de travail, qui croà®t avoir écrit LE billet par excellence, etc. Ça devient superflue, vide de sens et on se rend compte après un certain temps, une fois l’écran de fà»mée tombé, que ça ne tient pas de bout.

    Ta remise en question est une preuve de la performance de ton esprit critique et de vouloir changer de communauté suite à des arguements claires démontre clairement que tu es rendu à un autre stade. Celui de plus réfléchir et de moins consommer. ;)
    Ce qui m’a aidé énormément, c’est de laissé tomber mon réseau tout l’été. Un recul de 2-3 mois facilement m’a permis d’y revenir avec une nouvelle vision et une toute nouvelle façon de faire les choses: par plaisir et pour me poser des questions et en poser aux autres. Les réponses ne viendront pas dans un blogue ou sur Twitter. Jamais! Mais on peut y trouver de bonnes critiques et de bonnes pistes de réflexion. :P
    Bon cheminement! Et j’te laisse avec une petite pensée de Boris Cyrulnik que j’répète à qui veut bien l’entendre:

    ” La pensée paresseuse, c’est la certitude”

    Bonne remise en question! :P

  9. Même si ça faisait peu de temps que je lis ce blogue et même si je blogue depuis moins d’un ans, j’ai décidé de répondre moins aussi.

    Je comprends néanmoins ce vide dont tu parles, Sekhmet. Dans mon cas, lorsque j’ai commencé à bloguer, c’était la difficulté de trouver des lecteurs/blogueurs intéressés par l’histoire (puisque c’était un peu ça, le sujet principal de mon blogue). J’avais l’impression de toucher un sujet plutà´t pointu alors que, dans la blogosphère, c’est plutà´t superficiel la plupart du temps.

    Je continue toujours à bloguer, mais pas souvent. Je n’ai pas envie de me forcer, je tiens à ce que ce soit par envie de communiquer mes idées et mes trouvailles à ceux qui veulent bien me lire.

    Je considère par contre ton choix de retrait judicieux. C’est bien de se reposer de temps en temps, surtout avant de faire un burnout. Cependant, n’oublie pas de t’investir dans ce qui te plaà®t, ça fait du bien pour le moral ;)

  10. Personnellement, je n’ai pas encore vécu ceci car je ne me suis jamais vraiment intégrée à fond, j’y vais petit à petit lors des événements (comme le geekfest mais comme tu as pu voir, j’ai été assez discrète).

    J’ai créé ZikMtl, une rencontre mensuelle pour discuter avec du monde de ce qui me passionne : la musique et son industrie! Quand on ma posé la question : quel est l’objectif de ces rencontres? Au début, je ne le savais pas moi-même mais c’est vraiment agréable de voir les gens s’impliquer et cela devient ce que cela devient en fonction de l’implication de chacun! Ça c’est le cà´té fun de la chose!

    Bien que je ne sois pas quelqu’un qui sorte beaucoup, tu n’as pas encore eu le droit (ce que Laurent devrait connaitre dans quelques temps) : “Oh non maman reste avec nous ce soir”… Tu sais, le truc qui te déchire parce que 1) tu ne sors pas beaucoup et le social te manque, et 2) ton enfant qui te demande de ne pas partir ce soir parce qu’il a besoin de ta présence!!!

    En conclusion, je pense qu’il ne faut pas y aller trop fort (trop tard dans ton cas ?) mais il faut tout de même profiter quand on le peut !!

Leave a Reply to DAVE ID Cancel reply