7

se demande ce que c’est d’être une femme aujourd’hui

  

Aujourd’hui est la journée internationale de la femme. Woupdi-fucking-dou! Si seulement on pouvait réellement la fêter! Un peu pessimiste, la Sekhmet? Ouais. Négativiste, même. Parce que je ne vois pas ce qu’il y a de bien à célébrer en ce dimanche, jour du Seigneur.

Il y a encore des femmes qui sont prises dans cet engrenage qu’est le rà´le maternel et la soumission à l’homme. Il y a encore pleins de femmes qui sont des butins de guerre, violées et martyrisées par les vainqueurs du moment, jetées et abandonnées après usage et considérées comme des souillures, des femmes “polluées”. Il y a encore pleins de femmes qui doivent se taper des emplois de misère, au salaire minimum, ou danser autour d’un poteau pour arriver à nourrir leurs bambins. Il y a encore plein de femmes qui sont mariées de force, par obligation familiale, et ensuite abandonnées par leur famille car elles ont eu le malheur de survivre à leur mari. Honte à elles!

Et de l’autre cà´té du balancier, il y a des femmes qui disent se donner le pouvoir sur leur corps et leur sexe en se dandinant le cul sur des beats hip-hop/dance, et en acceptant de se qualifier comme “hot mama” et “ho”. Bonjour le féminisme!

Je cite des exemples extrêmes, je sais. Il y a pleins d’entre-deux entre ces types de femmes. La mère de famille qui subit en silence, pour le bien de ses enfants, que son mari la traite de salope ou se saoule la gueule à chaque soir sans rien contribuer aux tâches familiales. La secrétaire ou la vendeuse qui tolère silencieusement que oui, pour l’image de la compagnie, elle doit montrer son décolleté. L’adolescente qui veut se sentir dans la gang, être cool, et qui va faire des fellations à ses amis <sarcasme>mais que ce n’est pas sexuel du tout, oh nonnnn!</sarcasme>. Et je passe sous silence pleins d’autres exemples, parce que je n’écris pas assez rapidement pour tous les mots qui me passent par la tête.

Le féminisme est devenu tabou, aussi. Peu de femmes le clâment. C’est comme si se qualifier de féministe nous qualifiait automatique comme femme frustrée finie, émasculatrice et matrone, ultra-indépendante aux cheveux courts et aux allures masculines. Non, je refuse de me définir comme tel. Je suis féministe, mais j’aime m’afficher comme femme aussi. J’aime me poupounner un peu, sentir le parfum de luxe et porter une jupe. Et je me considère féministe. Heartless bitch FTW!

Mais là  o๠je bugge, c’est cet espèce de statu quo que nous, femmes, semblont avoir accepter avec les années. On se complaà®t dans ce que nos aà¯eules ont acquérit pour nous, on se félicite entre femmes de ce que nous avons aujourd’hui, mais c’est tout. That’s it! Les autres, elles n’ont qu’à  se défendre elles-même, pardieu! Pourquoi j’aurais à faire le combat pour celles qui sont prises dans des sociétés patriarcales? Pourquoi je devrais aider la femme battue et prise dans un cercle vicieux? Elle n’a juste qu’à  porter sa colonne vertébrale, maudit!

Voilà  le message que je perçois des femmes autour de moi. C’est comme si on avait arrêté le combat parce que nous, on est bien dans notre quotidien et on peut faire ce que l’on désire. Alors comment puis-je être heureuse en cette journée de la Femme? Comment puis-je me regarder les yeux dans le miroir et me dire “que je suis bien être une femme!”. Il y a encore tant d’injustice et d’inégalités à combattre. Le combat pour l’égalité est loin d’être terminé!

Et moi, je vais célébrer cette journée en faisant mon lavage et la cuisine. Go women!

P.S. en passant, allez lire cet excellent billet de Chroniques Blonde, La femme est un homme comme les autres. Génial! J’aimerais tellement avoir sa plume et sa verve.

P.P.S. Autres liens à partager en cette journée de la Femme: jesuisfeministe.com , une nouvelle initiative web que j’aime bien; mes fameuses Heartless Bitches; et les merveilleuses Chiennes de gardes françaises.

SekhmetDesign

7 Comments

  1. L’engrenage du rà´le maternel? Yo ALLO? T’es pourtant instruite. Qui d’autre va le jouer le rà´le maternelle? C’est vrai que depuis que les femmes se sont libérer de la prison d’élever des enfants c’est la télévision qui le fait pour eux. La maternité ce n’est pas un rà´le à jouer c’est un impératif biologique. La paternité ca c’est un rà´le. Parce que la paternité réelle de l’enfant, autre que par des mesures scientifiques, n’est jamais une certitude, alors le père accepte de jouer le rà´le du père des fois d’enfants qui ne sont pas les siens. Ceci est indisputable.
    Il y a encore plein de femmes qui sont mariées de force, par obligation familiale, et ensuite abandonnées par leur famille car elles ont eu le malheur de survivre à leur mari. Honte à elles!
    je pourrais te nommer beaucoup de connaissance qui ont été manipulé a resté en couple par une femme qui est devenue enceinte a cause qu’elle a cessé de prendre la pilule sans le dire a son chum/mari parce qu’elle ne voulait pas le « perdre ». Comme exemple typique ma grand-mère qui a admis avoir 16 enfants pour empêcher son mari d’aller voir ailleurs. Tu sais ca c’est juste de la manipulation PURE, rien a voir avec le féminisme.
    Je ne sais pas ou elle travaille la femme au décolleté mais partout ou je vais les femmes qui s’habillent en tenu exhibant leurs attributs sont très mal perçu. Et ce sont elles qui frappent le plafond de verre assez rapidement.
    Je n’ai pas touché aux autres arguments parce qu’ils sont plutà´t vrai. Par contre le féminisme est mort. Surtout quand des féministes québécoises, je ne me souviens plus laquelle, défends le port du hijab. Une féministe qui défend le port du Hijab. FTW!

  2. La maternité est un autre sujet qui me lève le coeur.
    Je suis d’accord avec toi, Dave: lorsque l’on est mère, on a un devoir biologique d’élever sa progéniture, et de l’éduquer pour qu’il devienne un citoyen un brin éveillé et conscientisé. Et je suis d’accord que malheureusement, c’est souvent la télé qui prend ce rà´le d’éducation, et l’on voit ce que ça donne!
    On glorifie la maternité. On ne peut être femme sans être mère. Faux! Je n’ai pas envie d’être mère (du moins, pour l’instant), je déteste ces pressions faites entre femmes pour devenir enceinte, et je déteste ces phrases insipides du style “ta vie va changer quand tu seras mère”, “tu vas manquer ta vie, ou du moins quelque chose d’important, si tu m’as pas d’enfants”…J’en ai marre de cette glorification de l’utérus porteuse d’oeufs, de ce rà´le de sainte mère capable de tout.
    Si jamais j’ai des enfants, c’est fait à deux, et oui c’est mon devoir de les éduquer. Et aussi celui du père. C’est notre devoir de les élever du mieux que l’on peut, et d’être là  pour eux. Par contre, je suis contre cette idée que la femme est obligatoirement obligée à son devoir de mère, de par la biologie, et non le père, qui lui a le plaisir de prendre le rà´le – ou non – de père. Trop hommes ont prit cet excuse qu’ils n’étaient pas sà»rs d’être le père de leur enfants, et se sont ainsi sauver de leur obligation parentale. Je haà¯s mon père pour plusieurs raisons, dont celle-ci: avoir été dire en plein souper familiale qu’il doutait de ma paternité et de celle de ma petite soeur, dans notre face, alors que la mère de ma demi-soeur était à cà´té de lui. J’aurais voulu lui tordre le cou, lui faire bouffer sa langue et lui crever les yeux tellement je l’ai trouvé cave.
    Je suis contre ces femmes manipulatrices qui font tout pour “garder” leur homme aussi. À quel prix doit-on sacrifier notre vie – et celle de notre soi-disant être aimé? Me semble que tu as peu d’estime et d’amour de soi quand tu deviens enceinte 16 fois pour empêcher ton homme d’aller ailleurs. Ou quand tu essaies d’avoir un beau décolleté pour une promotion ou un bonus sur le salaire.
    Je vois des exemples de la sorte, et c’est pourquoi je suis pessimiste quand au mouvement féminisme. Je vois ces femmes qui n’aident pas la cause, et ça me décourage.

  3. Quelqu’un doit être la mère. Mais rien ne t’oblige de devenir mère. Si tu ne veux pas d’enfant ben envois chier tout le monde qui t’enmerde avec ce genre de pression. Parce que je te comprends. Je veux ni me commettre a l’idée d’un couple éternel et encore moins être lié a une femme parce que j’ai des enfants avec elle. Et en plus avoir des enfants ne m’intéresse pas du tout.

    Dit toi une chose que tout les pusher de la maternité sont des vendues. Les statistiques on démontrer que le Bonheur des gens diminue avec la venue des enfants dans leur vie. Alors ca dit tout. Cette glorification est un vestige doctrinal de l’église que nous continuons à passer à nos enfants de générations en générations. Christopher Hitchens a raison quand il dit que la religion empoisonne TOUT.

    Quand j’entends des enfants de 6 ou 7 ans dire « quand je vais me marier et avoir des enfants ». Je leur demande qui dit que tu doit te marier et avoir des enfants… pas de réponses. Brainwash.

    Quand je vois mes amis avec leurs familles… ou plutà´t je ne les vois plus. Ils sont tous prisonniers de leurs maisons qu’ils arrivent a peines a payer l’hypothèque pour alors ils peuvent même plus aller luncher le midi et on ne se voient plus les soirs ou les fins de semaines, trop occuper avec tout les occupations multiples de leurs enfants, hockey, karaté, hockey, danse, hockey, cours de ch… hockey. Leur seul raisons d’exister est pour faire vivre leur petits monstres qu’ils ont à peine le temps de voir. Pas la vie que je veux vivre, mais pas du tout.

    Pour ton père c’est poche en crisse. Mais je ne peux que songer a ce qu’il a pu ressentir si pendant tout ce temps il s’en penser dupe il a gardé ca pour lui et un jour il a peter ca coche? T’imagine tu vivre avec ce doute pendant des années? Je ne connais pas la situation en particulier, mais les hommes souffrent souvent dans le silence la malice des femmes parce s’admettre défait par une femme est très mal vue par tout les cultures. Les femmes ne sont pas des simples victimes comme le mouvement féministe aimerait tant nous faire croire. Mais ca reste très chiant pour toi et ta sÅ“ur. J’espere que ca c’est reparé.

  4. Non, ça ne s’est jamais réglé entre moi et mon père, car d’autres dégueulasseries se sont passées aussi. Et quand ma mère a su la remarque qu’il m’a dite, elle l’a confronté à passer un test de paternité, et elle s’est bien sà»re sentie offusquée. Elle a indirectement été traitée comme si elle avait été infidèle, et ne l’a pas tolérée.

  5. Si on veut vraiment se diriger vers un semblant d’égualité des sexes, il faudrait peut-être commencer par se dire que tout le monde est différent… Il n’y a pas de modèle de femme idéale et il n’y a pas de modèle d’homme idéal. Certaines femmes sont des victimes, certaines hommes sont des victimes. Les situations changent et se ressemblent en même temps et, que ce soit d’un cà´té comme de l’autre, il y a des choses dans la vie qui ne sont pas souhaitables à personne. Certains hommes ont certains comportements qui blessent ou insultent les femmes tandis que certaines femmes on des comportements qui blessent ou insultent certains hommes. Personnellement, je me considère comme une féministe, et ce même si je veux des enfants et que j’aime le fait que mon chum me donne une claque sur une fesse de temps en temps. J’aime cuisiner; que voulez-vous que j’y fasse? Je n’ai qu’une seule chose à ajouter: dans la vie, il faut faire des compromis, mais il ne faut jamais aller au delà  de ce que l’on est prête à accepter pour pouvoir se respecter soi-même. (Je sais pas si c’est vraiment clair ce que je viens de dire, mais bon… lol)

  6. Si avoir des enfants ne vous intéresse pas, alors tant mieux! Le but est de s’assumer… Trop peu de gens osent s’assumer. Vous savez, même si je ne suis pas bouddhiste, c’est la philosophie du bouddhisme : accorder les gestes en fonction de nos pensées. En plus clair, assumer nos pensées et les concrétiser. Ne pas se blesser et se faire blesser parce qu’on pense ceci ou celà . Point.

    Soyez fier de ce que vous êtes!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Comments links could be nofollow free.