2

TNM – Le Retour, de Harold Pinter

  

Je suis sortie de la pièce dérangée, agacée, attaquée…cette vision de la femme anglaise, libérée, des années 60 dans la Grande-Bretagne…cette famille masculine dérangée, sans morale depuis la mort de la mère…
J’ai encore de la misère à mettre en mot tout ce qui m’est passé comme tourbillon d’émotions hier soir, en sortant de la pièce. La mise en scène, sombre, glauque, reflétait l’âme sinistre de cette famille dysfonctionnelle à merveille. Le talent des acteurs, incroyable, pour m’avoir gardée chambourlée et agressive jusqu’à  la dernière seconde…Je ne recommande pas la pièce à tout le monde, c’est certain, mais à ceux qui sont vraiment capable de toffer ces pièces de la Grande-Bretagne des années difficiles, de la classe moyenne ouvrière dérangée dans ses convictions et sa moralité cachée…Une pièce roffe. Une pièce dérangeante. Mais overall, j’ai réussi à l’aimer un peu.

2 Comments

  1. C’était intéressent grâce justement à l’auteur et son propos. Ce qui était décevant est l’adaptation que le metteur en scène en a fait. Même si les décors étaient beaux. C’est ce rapprochment avec l’oeuvre de Hopper que Desgangnés a fait qui est une l’erreure de départ. Nous sommes dans une société Kaotique ecombrée d’objets. Rien à voir avec les peintures de Hopper et ses lieux vides soutenus par une perspective simple et régide.

    Nous vivons dans l’encombrement laissé par une morales qui n’arrive plus à cacher la perversion. Le metteur en scène n’a pas su aller assez loin pour nous faire voir l’absurdité et le contenu corrosif de la pièce qui se veut répulsive et dure et surtout pas séductrice.

Leave a Reply