3

Sir Paul à Québec

  

Je suis écoeurée. écoeurée d’entendre du monde chialer contre le concert de Paul McCartney à Québec. écoeurée de cette vieille querelle Anglo vs Franco.

Historiquement parlant, on s’entend tu pour dire que oui, c’est triste de s’être fait kicker le cul sur les Plaines d’Abraham y’a 250 ans et +, mais on peut tu en revenir? Doit-on à chaque fois se martyriser de notre Défaite et de notre entrée dans le Commonwealth Britannique, de notre ‘catégorisation’ de citoyens de seconde classe par une société victorienne qui n’existe même plus? Doit-on encore faire revenir les fantà´mes du passé dans notre présent?

Est-ce que l’on peut arrêter de pleurnicher aujourd’hui quand y’a moindrement quelques mots d’anglais qui se prononcent, quand un anglophone désire participer à des célébrations? À chaque fois qu’il y a célébration, festival et/ou party de quartier, y’a toujours une masse de cons qui viennent chialer du fait que des anglophones se joingnent à eux, osent venir faire le party – en anglais – avec eux.
Les Anglophones ont autant le droit que nous de s’amuser, de vouloir participer avec nous à notre vie culturelle. Et c’est la même chose avec ceux qui habitent dans la province: peut-on les laisser participer en paix à nos festivités et notre vie culturelle, économique et politique, peut-on leur donner la chance de s’intégrer à nous-autres? Après ça, le monde se demande pourquoi les Anglos restent accrocher à la culture et vie du reste du pays: si on leur ferme la porte au nez et chiale constamment contre leur participation et leur implication dans notre communauté, et contre leur valeurs et culture, no fucking wonder qu’ils sont ensuite frustrer contre nous et ne s’intégrent pas dans notre société.

En tout cas, tout cela pour dire que je suis tannée de lire, écouter, voir des morons s’emporter sur le cas Paul McCartney à Québec. Pour moi, le dude a autant le droit de venir faire la fiesta avec nous, même s’il ne parle pas un traà®tre mot en français.

Et non, je ne partirai pas sur le fait que les 400ième de Québec sont dépourvues de toute saveur politico-historique…J’aurais juste envie de pleurer.

“En berne” des Cowboys Fringants n’aura jamais été autant d’actualité.

3 Comments

  1. On a regarder le spectacle de clà´ture du FJPR, samedi avec des amis de Québec. C’était juste en face de chez nous, alors on a sortie quelques bieres et des chaises sur notre balcon, pis on a dancé comme des malades…

    En fin de soirée, on en est venu à la triste conclusion que si c’avait été à Québec, la foule aurait mis le feu à la scène bien avant la clà´ture. Loco Locass qui chante du Eminem, les Denis Drolet avec Enter Sandman, pis plusieurs autres artistes francophones interprétant des tounes anglo.

    C’était excellent et divertissant, mais fallait pas être séparatiste-conservateur-xénophobe. Et oui, j’en connais des comme ça. Plusieurs même, à Québec. :)
    Juste un petit exemple pour te dire que je suis d’accord avec toi. Et que ca fait deux semaines qu’on fout pas grand chose. Une biere ca te dit?

    PS: 400e en spectacle, sans politique, c’est mal?

  2. Pas que c’est mal un spectacle sans politique, surtout de musique. C’est surtout dans les communiqués, les discours, dans les spectacles plus visuelles et médiatiques (pas les shows de musique), ou les présentations historiques que je déplore le manque de politique, ou du moins de l’aseptisation de la politique canadienne et québécoise.

Leave a Reply