7

Out, l’université

  

Depuis que j’ai pris la décision, la semaine dernière, de prendre une pause de l’université, je me sens plus sereine, plus calme intérieurement. Plus créative, aussi. Les idées me reviennent pour dessiner; je redécouvre la joie de lire intensément n’importe, juste pour lire; j’ai plus de temps pour me mettre à jour dans mon domaine web; j’ai du temps pour DM-er une partie de D&D; j’ai du temps voir mes amis et Darling…

Oh, c’est sà»r, j’ai ma petite voix à l’intérieur de la tête qui dit: lâcheuse, tu devrais avoir honte…tu abandonnes! Ça me trouble. J’ai toujours mis sur un pied d’estale les études, surtout universitaires. J’ai eu l’impression de faire une dégringolade. Mais un moment donné, il faut savoir reconnaà®tre que je suis fatiguée d’étudier; qu’un moment donné, il faut savoir lâcher prise et reculer pour mieux avancer. Je n’ai plus le drive, l’envie. J’ouvre un livre et je voulais pleurer; j’ouvrais mon ordi et je voulais pleurer…L’envie d’apprendre est disparue. Ça, ce n’est pas la Sekhmet que tous connaisse. La Sekhmet aime apprendre, mais là …

On m’a posé la question “vas-tu y retourner?“. Franchement, j’en ai aucune idée présentement. La décision est fraà®che dans ma tête, je ne veux pas y penser. Je me donne jusqu’à  Noà«l prochain pour y penser. Je me dis bien que oui. Je veux avoir mon papier, mon diplà´me. Mais en même temps, la désillusion par rapport aux études est très grande. Je ne sais juste pas…

En attendant, je vais finir ma session et travailler. Ça va me faire du bien de changer de beat de vie.

7 Comments

  1. Bah j’ai pris plusieurs break du systeme educatif. C’est nécéssaire des fois. Prends ca cool. Si tu peux, voyage. T’en fait pas trop avec la voix interieur… elle est toujours la. Pas grave. Faux prendre un break des fois. ;)

  2. C’est ce que je me dis. Et comme je l’ai écrit, je prend beaucoup mieux ma décision depuis la semaine dernière. La petite voix s’est comme fermée la gueule quand le mot voyages est apparut à l’horizon :P

  3. nothing wrong with taking a break! i’m doing it since sept and it feels great!i know someday i`ll go back.. but doesn`t have to be now :)

  4. Les petites voix, ça dit n’importe quoi.
    Mais quand t’as un rejet physique (si toi c’est pleurer, moi c’étaient les haut-le-coeur et les crises de panique), là  il faut écouter.
    J’ai lâcher deux fois le même programme… la deuxième fois, j’y étais retournée parce que, dans la vie, faut finir ce qu’on a commencé. Well. Ça a mal viré.
    Cela fait deux ans que je ne suis plus aux études et, j’avoue que la première année en a été une de convalescence plus qu’autre chose.
    J’ai enfin eu le courage de quitter mon hameau natal par contre, et j’en suis très fière.
    Reste à voyager :P

  5. Voyager, c’est malade. Je ne parle pas en qualité de grand globe-trotter, mais je me suis promené un peu et ça en vaut encore plus la peine que ce qu’on peut croire. Se botter le cul, virer tout les rendez-vous pour un mois (ou plus) dépenser tout son cash dans des billets d’avions, se retrouver seul dans un endroit inconnu plein de découvertes possibles, d’une autre culture, d’un monde pourtant toujours ordinaire, mais qui se savoure comme un nectar d’expériences, ça vaut bien plus que son pesant d’or. C’est le meilleur 2000$ (ça dépend de o๠tu vas, et comment, mais anyway) que tu peux investir, ever.

Leave a Reply