0

La lecture et le Web

  

Je réalise que je lis beaucoup. Bon, certains me diront ‘Mais Debbie, tu étudies en Histoire. Bien sà»r que tu lis beaucoup’, tout confus de ma déclaration. Oui, en effet, mon domaine d’étude requiert la lecture de livres et d’articles – l’équivalent de 500 à 1000 pages par semaine – pour mes cours, mais en m’inscrivant à l’université, je savais dans quoi je m’embarquais.

Non, ce que je n’imaginais pas, c’est la quantité de lecture que je fais aussi sur le Net. C’est effarant la quantité de lecture par jour que je fais. Et pourtant, dans ma tête, c’est comme si j’avais de la misère à considérer cela comme de la lecture. Weird? Oui, je sais.

Pourtant, et mes amis proches vous le confirmeront avec hochement de la tête ultra rapide et évident en appui, j’ai lu énormément de fanfics, de blogs, d’articles multimédia et reliés à mon domaine de webmestre en ligne, de nouvelles, etc. Mais je ne comprend toujours pas pourquoi, dans ma tête, je ne considère pas cela comme de la lecture. Peut-être est-ce parce que je passe trop de temps sur l’Internet? Est-ce que j’ai la vieille notion que lire, c’est à travers un support en version papier, un bon vieux livre? J’en ai aucune idée.

Ce qui m’amène cette réflexion, c’est cet article de Nicolas Dickner. Pour ceux qui ne le savent pas, la dernière récipiendaire du prix Nobel de la Littérature, Doris Lessing, a blâmé l’Internet pour ce qu’elle appelle la ‘culture de la fragmentation’, o๠nous, les surfeurs du Web, délaissont peu à peu la lecture et parcourons plein de ‘niaiseries’ (ça, c’est moi qui interprête) sur divers sites web, ou lisont pleins de sujets qui ne sont pas réellement des lectures. Bref, elle démontre de sa phobie de la technologie Web à travers son article, et il est clair que personne ne lui a montré et expliqué des sites qui, pourtant, amène la lecture sur le Net: Wikipédia, SlashDot, Lire…Dans mon cas, tout plein de sites m’incitent à lire (Thinkgeek, ceux mentionnés juste avant, des recommendations par des bloggeurs, etc…), et je lis autant hors-Internet que sur.

Je trouve juste dommage que l’on est encore cette vieille mentalité face au Net que ce n’est pas un endroit o๠les lecteurs trouveront leur compte. C’est une mentalité que je retrouve parfois dans certains de mes cours. Mes professeurs iront souvent dire que ce que l’on ne peut pas se fier au Web, qu’e ce qu’on y lit n’est pas aussi fiable que dans les livres, etc…Je vois une certaine amélioration chez les plus jeunes, mais je sens une certaine hésitation chez les plus vieux qui ne sont pas aussi “techno” que nous.

Anyway, je pense encore sur le sujet, car je sens que je vais devoir le défendre dans mon cours de méthodolgie et approches historiques dans les prochaines semaines. Je vous tiens au courant de ma réflexion et de mes débats en classe.

Leave a Reply